Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Envie d'Asie...
  • Envie d'Asie...
  • : Puisqu'on ne peut pas toujours voyager comme on le voudrait... Envie d'Asie vous emmènera à l'autre bout du monde à la découverte de cultures étonnantes grâce au cinéma, les drama, les journaux, la littérature, la musique et le web.
  • Contact

15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 20:20

Momo he no tegami est le second long-métrage du réalisateur qui est aussi l'auteur du scénario (après Jin roh, la brigade des loups scénarisé par le plus prolifique Mamoru Oshii). Ce projet très personnel ne l'a pas empêché de travailler comme animateur sur d'autres longs-métrages.

Sorti en France le 25 Septembre, le film a déjà fait beaucoup parler de lui en bien, et a reçu quelques récompenses bien méritées. (Attention spoils !)

Critique de Lettre à Momo d'Okiura Hiroyuki

Trois gouttes d’eau tombent du ciel et rebondissent sur l’épaule de Momo qui tient dans sa main une lettre inachevée écrite par son père, océanographe, disparu en mer. Cette lettre, qui commence par « Chère Momo », est restée blanche.

Après ce décès, Ikuko, la mère de Momo, décide de quitter Tokyo avec sa fille et de rejoindre son île natale, l’île de Shio, située dans la mer intérieure de Seto. Les deux femmes vont habiter chez l’oncle et la tante d’Ikuko qui se réjouissent de voir arriver un peu de sang neuf sur leur île vieillissante.

La maison de famille n’a pas changé depuis des années. Ikuko rayonne de bonheur à l’idée de la retrouver. Pour elle, ce décor est tout simplement merveilleux ; pour Momo, il est propice à l’ennui d’autant qu’elle n’y connaît encore personne. Guidée par sa mère pour faire la connaissance des jeunes de l’île et aussitôt prise sous la protection du gentil Yota, Momo ne parvient cependant pas à intégrer la sympathique bande. Le jour où elle est invitée à sauter dans l’eau du haut d’un pont, elle n’y arrive pas. Elle a la tête ailleurs. Elle aimerait savoir ce que son père a voulu lui écrire avant de disparaître. Elle se souvient de la dernière fois où elle s’est disputée avec lui et se sent coupable...

Momo et sa mère

Momo et sa mère

Un jour, elle distingue une ombre aux côtés de sa mère. Puis, dans le grenier de la maison, elle découvre que les figures d’un roman illustré ont disparu et elle entend des bruits suspects. Elle prend encore plus peur quand ces bruits se transforment en voix et que les mystérieuses ombres se mettent à la suivre partout. Finalement les silhouettes se matérialisent en d'effrayants yokai, monstres du folklore japonais.

Passé la frayeur et les embêtements liés à la cohabitation sous un même toit, Momo va s'habituer à eux malgré leurs mauvaises habitudes. Plutôt qu'avec les autres enfants du village, Momo va se lier d'amitié avec les trois monstres qui ont chacun un physique et une personnalité bien différente.

Mais ceux-ci sont venus chez elle pour une raison bien précise...

Les monstres ont aussi un côté amusant !

Les monstres ont aussi un côté amusant !

Avis aux amateurs d'action, ce film n'est pas pour vous !

En effet, le réalisateur prend tout son temps (environ deux heures) pour nous raconter une période de deuil, à hauteur d'enfant. La jeune Momo n'a que onze ans et empêtrée dans son chagrin et sa culpabilité, se coupe des autres, y compris sa mère à qui elle reproche ses fréquentes absences (celle-ci cherche un travail pour faire vivre sa famille).

Dans un style d'animation traditionnel en 2D techniquement parfait, Okiura ballade son héroïne entre ruelles et champs mais "l'enferme" souvent chez elle, avec ses amis invisibles (pour les autres). Les magnifiques paysages bucoliques de l'île de Shio ne réussissent pas à ouvrir Momo aux autres. C'est en découvrant la véritable raison de la venue des yokai que Momo va reprendre espoir mais c'est quand sa mère tombe malade qu'elle arrive finalement à rouvrir son cœur et faire son deuil.

Son cheminement se fait en douceur, le réalisateur portant sur elle un regard très bienveillant. Momo la tourmentée s'apaise, se réconcilie avec elle-même et les autres.

L'ultime rebondissement du film est à mon avis bien inutile tant le cheminement psychologique de Momo est achevé, mais fait plaisir aux cœurs tendres. On pardonnera donc au réalisateur cette petite facilité pour garder en mémoire cette petite tranche de vie si subtile et réussie.

Momo voudrait répondre à son père...

Momo voudrait répondre à son père...

Partager cet article

Repost 0
Published by enviedasie - dans Cinéma Japon
commenter cet article

commentaires