Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Envie d'Asie...
  • Envie d'Asie...
  • : Puisqu'on ne peut pas toujours voyager comme on le voudrait... Envie d'Asie vous emmènera à l'autre bout du monde à la découverte de cultures étonnantes grâce au cinéma, les drama, les journaux, la littérature, la musique et le web.
  • Contact

17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 17:59

Avez-vous lu Les frères Karamazov de Fedor Doistoïevski ? Moi, pas encore, mais j'ai bien envie après avoir vu ce drama directement inspiré du roman.

Bien sûr l'action est transposée dans le Japon contemporain, mais l'intrigue reste quasi identique, 11 épisodes ne suffisant tout de même pas à exploiter toute la richesse du livre.

Bunzo, le père tyrannique

Bunzo, le père tyrannique

Dans la ville de Karasume, la famille Kurosawa règne sur une société immobilière et contrôle la majeure partie des projets de construction. À sa tête Bunzo Kurosawa (Yoshida Kotaro), père de trois fils, d'abord Mitsuru (Saito Takumi) issu d'un premier mariage puis  de Isao (Ichihara Hayato) et Ryō (Hayashi Kento) d'un second avec Shiori. Cette femme fut l'unique figure maternelle et aimante pour les trois fils. Sa mort par suicide les a tous les trois profondément marqués.

Dans la résidence des Kurosawa, Bunzo est trouvé mort, mais les circonstances ne sont pas claires. L'interrogatoire de chacun des trois fils par la police révèle une succession de faits, faisant remonter le mobile aux liens existants entre le père et ses fils voir peut-être à l'enfance de ceux-ci et à la mort Shiori.

Très vite, Mitsuru est suspecté puis arrété. Mais ses frères ne croient pas en sa culpabilité et feront tout pour le sortir de prison.

Shiori, femme humiliée et blessée mais aimante

Shiori, femme humiliée et blessée mais aimante

L'intrigue policière est surtout prétexte à analyser les relations dans la famille Kurosawa. Au fur et à mesure des épisodes et en fonction du point de vue adopté (cela fluctue entre chacun des trois fils), on découvre les secrets de cette famille et la personnalité de chacun.

Très vite le père apparait comme quelqu'un de haïssable : méchant, peu aimant, manipulateur, cruel, grivois, ripailleur bref quasiment monstrueux. Sous sa coupe, aucun de ses fils ne réussit vraiment à être lui-même.

Mitsuru

Mitsuru

Mitsuru souhaiterait être indépendant mais il n'a pas d'argent et ne trouve pas les moyens d'en gagner. Il se noie dans l'alcool et les femmes jusqu'à sa rencontre avec Kanako avec qui il se met en ménage. Celle-ci est en effet tombée sous son charme et sa gentillesse mais était convoitée par Isao avec qui elle est amie.

Bref, Mitsuru vit à ses crochets mais essaie de s'en sortir sans y arriver. En effet son père fait tout pour contrecarrer ses projets. Il lui envoie même la sulfureuse Kurumi (Haga Yuria) qui arrivera à le ruiner et empêcher l'ouverture de son magasin.

Isao

Isao

Isao comme son frère ainé est sous la coupe de son père. Celui-ci lui a payé des études d'avocat à Tokyo où Isao a espéré poursuivre une carrière et vivre libre. Mais son père le rappelle à ses côté et le fait travailler pour lui.

Isao est un être complètement refoulé qui a pour seul échappatoire l'écriture d'un roman où ses envies de meurtre ressortent de façon détournée. A la mort de son père, il espèrera recouvrer sa liberté mais les démêles judiciaires de son frère et son amour pour celui-ci le pousseront à rester à Karasume.

Victime d'hallucinations et de troubles psychiques, ce personnage était sans doute le plus difficile à jouer. L'acteur a choisi la retenue ; son visage restant quasi impassible pendant les 11 épisodes. J'aurais aimé un peu plus d'expressivité, le refoulement ne signifiant pas forcément avoir un visage constipé ! Sa prestation reste toutefois honorable.

Ryo

Ryo

Le plus jeune des frères est le plus aimant et sans doute le plus sain (psychologiquement) de la fratrie. Sous une apparente fragilité, il cache une détermination de fer et mènera jusqu'au bout l'enquête pour faire sortir son aîné de prison, quite à bousiller pour de bon l'image qu'il a de son père.

Le visage enfantin, presque féminin de l'acteur était parfait pour le rôle. Ryo va beaucoup évoluer au cours du drama, à tel point qu'il en devient presque le héros.

Drama japonais 2013 : Karamazov no kyodai avec Ichihara Hayato

Ce drama est donc autant psychologique que policier. L'enquête révèle bien sûr une énorme surprise à la fin que je ne vous révèlerai pas.

La réalisation est excellente : atmosphère sombre qui accentue la sensation d'étouffement dans le manoir familial, ciels gris qui rend la ville tout aussi étouffante, flashbacks en noir et blanc utilisés à bon escients. Les allers-retours entre présent et passé sont vraiment habilement montrés de sorte que le spectateur découvre petit à petit la vérité, déformée par le prisme des souvenirs des trois garçons.

Karamazov no kyodai est un drama qui mérite d'être regardé et qui ravira les amateurs d'enquêtes comme ceux intéressés par la psyché humaine. J'aurais juste aimé des acteurs principaux un peu plus subtils dans leur interprétation.

Note : 3,5 / 5

Partager cet article

Repost 0
Published by enviedasie - dans Drama Japon
commenter cet article

commentaires