Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Envie d'Asie...
  • Envie d'Asie...
  • : Puisqu'on ne peut pas toujours voyager comme on le voudrait... Envie d'Asie vous emmènera à l'autre bout du monde à la découverte de cultures étonnantes grâce au cinéma, les drama, les journaux, la littérature, la musique et le web.
  • Contact

10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 23:01

avec les doigts ou les baguettes ?

et comment les tremper dans la sauce ?

le gingembre, ça sert à quoi ?

Toutes les réponses dans cette vidéo !

Repost 0
Published by enviedasie - dans Cuisine et boissons Japon
commenter cet article
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 20:32

La technologie a parfois du bon... Le site Nippon connection a recensé pour nous des vidéos montrant les plus beaux spots et monuments japonais vus du ciel. Ceux-ci ont été filmés grâce à des drones, qui nous offrent donc des vues inédites et souvent magnifiques.

Un exemple ci-dessous avec le château de Matsumoto, au pied des Alpes japonaises, que je vous avais montré en photo .

Repost 0
Published by enviedasie - dans Japon
commenter cet article
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 19:02

Kanae gère avec sa tante les bains publics que tenait autrefois son père, après la disparition étrange de son mari au cours d'un voyage avec le syndicat des bains. Elle ne possède aucun indice lui permettant de savoir s'il a disparu volontairement ou accidentellement. Les gens des alentours racontent diverses histoires qui expliquerait cette disparition, et notamment qu'il serait parti du fait du caractère fort de la jeune femme.

Pour aider Kanae à tenir le Bain de la lune, le syndicat envoie Hori, un jeune homme étrange et discret.

À la suite de la disparition d'une enfant, une blessure secrète de Kanae remonte à la surface. Elle l'ignore, mais l'événement qui a changé sa vie a également marqué une personne qu'elle a oublié...

(source Wikipédia)

Pause manga : Undercurrent de Toyoda Tetsuya

Undercurrent ne ressemble à aucun autre manga que j'ai lu. L'histoire très originale met en scène une jeune femme, un peu masculine, qu'on présente comme "forte". Pourtant elle est en réalité bien désemparée d'abord devant la disparition de son époux mais aussi par rapport à des rêves macabres qu'elle fait de manière récurrente.

Si un détective privé va l'aider à résoudre le mystère de la disparition de son mari, c'est un évênement extérieur qui va lui rappeler un traumatisme passé. Finalement, Kanae se dit faible mais se révèlera plus forte qu'elle ne le pense.

Si les personnages principaux sont en souffrance et du genre silencieux, les personnages secondaires aux aussi bien campés sont plus amusants ou éxuberants. Cela permet de donner un souffle moins triste à cette histoire, qui finalement ne terminera pas si mal. Les dessins sont agréables, les traits des personnages sont assez précis pour pouvoir les distinguer du premier coup d'oeil. Bref, Undercurrent est un manga à découvrir !

Repost 0
Published by enviedasie - dans Manga Manwha Japon
commenter cet article
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 18:37
crédit image :parismomes.fr

crédit image :parismomes.fr

Matcha est une grenouille verte et malicieuse qui vit dans un marécage au Japon sous un ginko biloba. Elle rêve au crapaud charmand et aimerait bien des têtards avant l’hiver. Justement, quelle aubaine, un nouveau voisin vient de s’installer, et il est beau comme un samouraï…

 

Un album avec un pareil titre ne pouvait qu'attirer mon regard, d'autant plus que l'éditeur (La joie de lire) est d'ordinaire signe de qualité. De la qualité, il y en a dans la confection du livre d'abord avec couverture en carton épais et papier solide. Ensuite les illustrations sont réussies, en noir, blanc, gris et vert matcha (couleur du thé en poudre japonais), Eva Offredo s'offre même un petit hommage à Hokusaï.

 

Cependant l'histoire pêche une peu et ne brille pas par son originalité. Histoire d'amour avec happy end sans beaucoup de rebondissements (des grenouilles pourtant^^), beaucoup de phrases ne sont pas utiles à l'histoire mais surtout prétexte à placer un maximum de mots japonais. Malheureusement, aucun lexique n'est présent en fin d'ouvrage pour les expliquer ! Les fanas du Japon comme moi peuvent adorer ; les autres trouver cela fastidieux, d'autant plus que certains termes sont peu connus du grand public (biwa, obi, yuzu...).

 

Bref, malgré les bonnes intentions de l'auteure et son amour certain (ou juste sa connaissance) du Pays du soleil levant, on ressort un peu frustré de cette lecture, qui peut convenir à des enfants dès 5 ans... si un traducteur est là pour les accompagner !

Repost 0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 19:02

Au Japon, il y a désormais un avant et après Fukushima. Tous comme les bombardements atomiques et la défaite ont marqué profondément le pays en 1945, la catastrophe naturelle puis nucléaire a entraîné un sursaut chez les japonais et une mobilisation bien rare dans ce pays peu contestataire.

 

Pourtant, même si le gouvernement laisse des japonais vivre sur des zones contaminées, même si des centrales nucléaires sont remises en route, le tourisme au Japon ne s'est jamais aussi bien porté.

 

On ne peut que constater une certaine inertie, un fatalisme, voire un désinterêt pour le sort des zones contaminées et ses habitants. Plus le temps passe, plus on oublie même dans son propre pays. Il faut dire que ceux qui vont à l'encontre du message officiel sont souvent victimes de censure et/ou on beaucoup de mal à se faire publier.

 

"Mais Fukushima, c'est encore chaque jour une réalité palpable pour les hommes et les femmes qui vivent dans la région du site dévasté. Le documentaire "Fukushima, des particules et des hommes", réalisé par Gil Rabier et Claude-Julie Parisot s'est attaché à décrire leur quotidien. À expliquer comment, presque 5 ans après la catastrophe, ils continuent de réfléchir à leur futur." Science et avenir propose donc le visionnage exclusif de ce documentaire passionant, à la fois didactique et émouvant. Je vous mets le premier épisode dans ce post mais pour regarder la suite, c'est.

 

Repost 0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 20:46

J'ai craqué... malgré mes déconvenues habituelles avec les films de ce réalisateur, je suis allé voir son dernier sorti en France. Il faut dire que le sujet m'intéressait et que l'acteur principal Ryo Kaze est assez talentueux pour donner envie de se déplacer.

Le pitch : Mori (Ryo Kaze) , un japonais professeur de langue étrangère, arrive à Séoul à la recherche de Kwon, une coréenne qu’il a aimé quelques années plus tôt et qu'il aime toujours.

Espérant la rencontrer à nouveau, il s’installe dans une modeste chambre d’hôtes du paisible quartier de Bukchon où elle habite et se lie d’amitié avec la propriétaire, Gu-ok, et le neveu de celle-ci, Sangwon, qui deviendra son compagnon de fiesta. Mori fréquente aussi un café dont la patronne, Young-sun n'est pas insensible à son charme.

Mori, lui, écrit des lettres à son aimée dont l'appartement reste désespérement vide...

Mori au café

Mori au café

Ce film est très court (à peine plus d'une heure) mais cela suffit tant l'histoire tient à un fil.

L'originalité du long métrage tient dans un procédé souvent utilisé par le réalisateur : un montage décousu, en flashbacks et flashforward. Le fil conducteur est une voix off, celle de Mori et de ses lettres que lit Kwon à son retour chez elle.

De lecture décousue en montage décousu, le spectateur remet toutefois facilement le tout dans l'ordre tant le nombre de personnages est faible et les caractères secondaires sans peu d'épaisseur. Je m'étonne même que des acteurs pourtant reconnus en Corée et même à l'international, aient accepté de jouer de si petits rôles sans profondeur... Quand aux décors dans lesquels Mori évolue, ils sont eux aussi ridiculement peu nombreux à tel point qu'on prendrait la tentaculaire Seoul pour un village de campagne.

 

Sorti du montage, rien de très original à part le personnage de Mori qui se désespère de revoir une femme avec qui il a perdu contact depuis longtemps mais qu'il aime encore. Ne le prenez pas pour autant pour un grand romantique ! Comme de nombreux héros des films d'Hong Sang Soo, Mori s'avèrera bien faible devant la gent féminine et fera preuve d'une grande lacheté et d'égoïsme envers une autre femme qu'à laquelle il pense être étroitement liée.

 

Je ne dévoile pas la fin, cela gacherait le seul suspense du film mais à mon avis elle est bien trop belle pour être vraie. Je vois ce film d'ailleurs comme une rêverie amoureuse du réalisateur, lui qui a d'ordinaire une vue plus désabusée de l'amour. 

Mori et Kwon

Mori et Kwon

Bref, malgré les critiques quasi unanimes et dithyrambiques, je dois dire que ce film m'a certes plu mais n'est pas le chef d'oeuvre tant attendu et annonçé.

Son bon côté, il est court mais comme, souvent l'écriture et la psychologie des personnages ne me conviennent pas. Encore une déception donc...

Note : 2,5 / 5

 

Et vous qu'avez vous pensé du film ? Etes-vous fan du réalisateur ? Découvrez un article intéressant sur lui ici !

Repost 0
Published by enviedasie - dans Cinéma Corée
commenter cet article
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 20:04

Ce garçon semble être un quasi inconnu, qui a sorti un album en 2005 (d'après l'Amazon japonais).

Je n'ai pas de preuves formelles mais je le soupçonne fortement d'être un des deux frères membre du groupe Kirinji, qui poursuit en parallèle une carrière solo. Mon seul indice : sa voix.

Repost 0
Published by enviedasie - dans Musique Japon
commenter cet article
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 11:19
Repost 0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 20:34

C'est malheureusement assez mal filmé à mon avis ; la chorégraphie n'est pas assez mise en valeur. Mais l'initiative est intéressante. Les danseurs sont français et la joueur de koto new-yorkaise... Cliquez sur la vidéo pour plus d'explications.

Repost 0
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 11:56

Je n'ai toujours pas compris comment fonctionne l'Office de tourisme coréen mais ils organisent dans tous les sens diverses campagnes de promotion.

 

La dernière en date vous permet d'avoir votre nom gravé dans une rue de la ville de Changwon (Sud Est du pays) mais aussi et surtout de gagner des prix dont 6 voyages pour la Corée avec hébergements offerts.

Malheureusement déjà 2 ont été gagnés... tentez votre chance pour les prochains ! Tout est !

Explications en anglais

Repost 0
Published by enviedasie - dans Concours Corée
commenter cet article