Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Envie d'Asie...
  • : Puisqu'on ne peut pas toujours voyager comme on le voudrait... Envie d'Asie vous emmènera à l'autre bout du monde à la découverte de cultures étonnantes grâce au cinéma, les drama, les journaux, la littérature, la musique et le web.
  • Contact

19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 15:44

Quarante-neuf ans, rien que le rêve d'une nuit.

Toute une glorieuse existence, à peine une gorgée de saké.

De la vie et de la mort, qu'ai-je vraiment compris ?

Au-delà du Ciel et de l'Enfer,

Je me tiens dans la lumière naissante de la lune

Libre des nuages de l'attachement.

 

 

Uesugi Kenshin

 

Extrait de Contes des sages samouraïs, de Pascal Fauliot (éd Seuil).

Partager cet article
Repost0
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 19:28

Une petite soif ? Czecho no republic vous offre une pinte de bière...

 

 

 

Ils ont sorti leur premier album Maminka fin 2011 et même s'il est impossible d'y mettre la main dessus, je suis déjà fan de ce que j'ai pu écouter sur leur chaîne Youtube.

Une petite interview est disponible sur Ongaku Dojo, qui a toujours du nez... sinon rendez-vous sur leur site officiel.

 

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 23:33

 

 

Je suis enfin allée voir le dernier film des studios Ghibli (le 18ème !), réalisé par Goro Miyazaki, le fils d'Hayao.

 

Côté image, on retrouve la "patte" du père : style du dessin, couleurs, graphisme des personnages. Le long-métrage ne renouvelle pas le genre ; le résultat restant plaisant et, à mon avis, adapté à l'histoire. En effet, celle-ci se déroule au début des années 60 ; le style un peu surrané des Miyazaki convient bien à l'évocation de ce passé et à l'histoire d'amour qui s'y déroule.

 

 

 

 

colline_coquelicots.jpgLe film est l'adaptation d'un manga de Tetsuro SAYAMA, illustré par Chizuru TAKAHASHI paru en 1980 en deux volumes (traduit chez Akata). Il semble que le film s'éloigne du livre puisque la période où se déroule l'action a été changée (des années 80 aux années 60). Cependant les héros restent les mêmes.

 

L'héroïne Umi (mot qui signifie aussi la mer, cela a son importance puisque son père était marin) vit avec sa famille dans une grande maison sur la colline. En l'absence de sa mère qui travaille dans une autre ville, elle s'occupe des tâches ménagères, des repas (pour sa grand-mère, son frère, sa soeur et les pensionnaires) et va au lyçée. C'est là qu'elle rencontre Shun, un garçon fougueux et engagé, avec qui elle devient amie. Rapidement leurs sentiments vont évoluer mais un obstacle va se dresser devant eux... Il s'avère en effet que Shun a été adopté et que son père naturel serait aussi celui d'Umi ! Cette révélation le pertube beaucoup d'autant plus que celui-ci est mort pendant la guerre et qu'Umi l'idolâtre... Bien sûr, je ne vous dirai pas la fin mais sachez que cela finira bien !

Parallèlement à l'histoire des deux personnages principaux, le film suit les lycéens dans leur combat pour sauver une maison décrépite mais pittoresque qui s'avère être le foyer des étudiants.

 

Côté rythme, c'est un peu lent, et on a l'impression que le film dure plus longtemps que 91 minutes. Pourtant je ne me suis pas ennuyée une seconde ! Le film a comblé mes attentes : un peu de nostalgie (j'adore ça) ; des sentiments et du suspense avec la possibilité d'un secret de famille ; du rire et de l'enthousiasme côté estudiantin. J'ajoute que le film bénéficie d'une très belle musique. Même si pour des français le contexte historique a peu d'importance, on peut prendre beaucoup de plaisir à visionner ce long-métrage des studio Ghibli.

Par son côté réaliste, le film de Goro ("le fils de") se rapproche plus de l'oeuvre d'Isao Takahata que de celle de son propre père... J'attends avec impatience sa troisième réalisation pour voir s'il pourra prendre ses marques (et ses distances avec son père dont la personnalité est parfois écrasante) et créer enfin son propre style...

 

Plus d'explications sur le film sur le site dédié aux studios Ghibli.

Et une interview du réalisateur :

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 20:20
Le Japon étant à la mode, son thé l'est devenu aussi. Le plus celèbre d'entre eux, utilisé pour la cérémonie du thé, le matcha (thé vert moulu et réduit en fine poudre) se trouve pourtant encore difficilement dans nos contrées ou alors à un prix prohibitif. Bien que délicieux dans les patisseries, son goût amer quand il est utilisé comme boisson peut en dérouter certains.
Pour les chanceux qui ont pu s'en procurer à un prix raisonnable, il est nécessaire d'apprendre la méthode pour le préparer. Grâce à la vidéo ci-dessus, vous y arriverez certainement et en plus vous en apprendrez plus sur une coutume vieille de plusieurs siècles. Plus d'information sur la cérémonie ici.
Partager cet article
Repost0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 23:15

Derniers jours pour en profiter !

Le premier reportage traite des minerais utilisés dans les produits électroniques et absents des terres nippones.

Quant au second, il nous emmène sur la DMZ, zone "démilitarisée" entre Corées du Nord et Sud.

Intéressant ? A vous d'en juger !

 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 23:39

tranquillité
se promener seul
heureux seul

 

Shiki (1867-1902)

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 21:36

TsukaharaBokuden.jpg

 

Cette semaine, j'ai terminé le drama japonais Tsukahara Bokuden dont j'avais parlé dans le bilan 2011. En sept épisodes seulement ce feuilleton s'attarde sur la jeunesse de Bokuden jusqu'à son "illumination" après une retraite de 1000 jours.

 

Difficile de trouver des informations fiables en français sur le personnage qui a vraiment existé (1489-1571) mais il semble que le drama aie pris quelques libertés avec la réalité. Toutefois, l'objectif était plus de transcrire son état d'esprit que sa vie et en cela le drama est une réussite.

A presque quarante ans, Masato Sakai est un peu âgé pour interpréter le jeune Shinaemon (il changera plusieurs fois de nom au cours de sa vie) mais il s'en sort très bien, comme toujours (à la fin du drama, son personnage a la trentaine comme lui). Une vingtaine d'années passent en 7 épisodes, le réalisateur n'a fait aucun effort sur le maquillage. Aucun acteur ne vieillit vraiment mais ce n'est pas génant car l'histoire est prenante. De plus, Sakai arrive à faire grandir et vieillir son personnage juste par son attitude et son jeu. Je trouve que ce rôle est une de ses meilleures performances. Il est aussi extrêmement impressionnant dans les scènes de combat qui paraissent très réalistes dans les mouvements (même si elles manquent d'effets spéciaux).

 

Côté histoire, les auteurs ont fait de Tsukahara un personnage concentré sur son art, qu'il veut maîtriser. Toutefois, au fil de ses rencontres et combats, il va être amené à réflechir sur l'art du sabre, la vie, la mort et sur lui-même.

Après être devenu le maître incontesté, reconnu par tous, il va aller jusqu'au bout en s'isolant du monde lorsqu'il effectuera une retraite spirituelle de 1000 jours. En effet, le deuxième aspect du drama est l'aspect religieux. La religion shintoïste fait du sabre de Kashima dont Bokuden est le dépositaire un don de Dieu. Shinaemon y croit et reçoit la révélation du dieu lui-même le dernier soir de sa retraite. C'est à ce moment que le drama s'arrête, Bokuden ayant pourtant vécu plus de 80 ans.

Le côté historique est bien rendu, que ce soit dans les dialogues, coiffures ou costumes, mais aussi dans les relations (familiales, claniques, avec le Shogun...). Les rivalités entre samuraïs sont mises en avant, tout comme l'état de guerre quasi permanent qui régnait à cette époque troublée.

 

tsukahara.jpg

 

Pour moi, le drama est donc une réussite, les auteurs/réalisateurs/producteurs ont bien réussi à montrer l'évolution spirituelle du personnage, qui reste l'un des grands maîtres historiques de l'art du sabre au Japon. C'était une gageure en si peu d'épisodes.

Côté acteurs, rien à redire... le choix de Masato Sakai était le bon, malgré son âge. Les seconds rôles sont tous excellents, dommage que le format n'ait pas permis d'approfondir plus leur personnalité.

Enfin, mon côté "fille" regrette que le personnage ne rencontre pas sa future femme au cours du drama (ce qui aurait été historiquement vrai) mais ce n'était pas  vraiment l'objectif de cette production de la NHK.

 

 

 

Site officiel + Bande annonce :

 

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 21:50

protect-the-boss.jpg

 

Voilà longtemps que je n'ai pas parlé de drama sur le blog ! L'année venant juste de se terminer, c'est le bon moment pour faire un bilan des dramas de 2011 (diffusés cette année dans leur pays), en toute subjectivité.

 

Tout d'abord, je me suis surtout contentée de dramas coréens avec une pincée de japonais par-ci par-là mais rien de chinois ou taïwanais cette année. Ensuite, j'ai focalisé sur soit les histoires d'amouuuuur soit les histoires policières, à quelques exceptions près ! Enfin je préfère les dramas courts : 16 à 20 épisodes au maximum ; j'ai un peu peur de me lancer dans du plus long et de tomber sur une fin décevante.

 

Quelques constats concernant de nombreux dramas et que je déplore : des fins qui n'en sont pas ou un peu baclées, des personnages secondaires sous exploités mais plus intéressants que les principaux, une certaine versatilité des sentiments pour les personnages qui "décident" parfois d'aimer ou de ne plus aimer avec une certaine facilité.

 

Néanmoins, il y a beaucoup de points positifs : la réalisation est toujours efficace, les acteurs crédibles même si tous ne peuvent déployer tous leurs talents selon le rôle qui leur est confié. Certains scénarios sont de vrais tours de force tant écrire une histoire intéressante, faire évoluer les sentiments et situations, caser un triangle ou carré amoureux en moins de 16 épisodes est une gageure.

 

 

baby-face.jpg

Les bonnes surprises à découvrir !

Baby-faced beauty (photo ci-contre)

Ce drama raconte comment Lee So Young va réussir sa carrière professionnelle et sa vie amoureuse grâce à sa "baby-face". A 32 ans elle en paraît 10 de moins. Afin de devenir styliste (son rêve depuis toujours), elle se fait passer pour sa soeur...

Une bonne description du monde du travail. Une héroïne toute mimi qui lutte pour s'en sortir. Des situations crédibles malgré un postulat de départ osé. Seule l'histoire d'amour est un peu mièvre... mais les acteurs relèvent le tout !

 

Flower boy ramyun shop

Cha Chi Su est le seul fils héritier d'une famille responsable de l'une des plus grandes sociétés de produits alimentaires. Yang Eun Bi est l'héritière d'un restaurant de ramyun dont elle ne veut pas. Elle perd son travail d'enseignante à cause de Cha Chi Soo mais se retrouve à travailler à ses côté dans le restaurant que son père décédé a légué à un jeune et séduisant cuisinier.

Je dois de grands fous-rires à ce drama, surtout dans les premiers épisodes. Tous les personnages ont un caractère bien trempé. Le tout n'est pas très réaliste mais l'histoire se tient, les personnages principaux sont attachants, les personnages secondaires ont une vraie vie (Kim Ba Wool et la meilleure amie de Eun Bi sont mes préférés) et c'est amusant. Bref un bon divertissement qui met en scène comme dans le drama précédent une histoire d'amour entre un jeune homme et une fille plus âgée.

 

Protect the boss (photo du haut)

Après s’être longtemps retrouvée au chômage, No Eun-Seol finit par trouver un job de secrétaire auprès d’un grand conglomérat. Malheureusement pour elle, Eun-Seol ne tarde pas à tomber amoureuse de son nouveau supérieur, Cha Ji-Heon, le fils cadet particulièrement immature d’une riche famille industrielle qui est en rivalité avec son cousin.

J'aime beaucoup Choi Kang-Hee qui a le rôle féminin principal et elle reste pétillante mais ce sont les deux acteurs principaux qui m'ont le plus marqué. Le plus amusant dans cette histoire étant en effet la relation d'amour/haine des deux cousins joués par Ji Seong et Hero Jae Joong. Ce drama vaut surtout pour ses personnages tous un peu farfelus, il m'a fait passer de très bons moments.

 

I need romance

L'histoire parle des amours, de la famille, de la carrière de trois femmes indépendantes et célibataires dans la trentaine. L'héroïne principale est en couple depuis 10 ans avec son copain, une de ses amies est vierge mais doit se marier bientôt, la deuxième profite de la vie et des hommes.

Même si la fin m'a déplut à cause du revirement très rapide de l'héroïne, ce drama sort vraiment de sentiers battus car il parle d'amour de façon réaliste (dans le même style que Worlds within mais sur un ton plus léger) : ça embrasse pour de vrai (avec la langue quoi !), ça fait l'amour et parle de sexe ! Enfin ! Je commencais à croire que les coréens n'avaient pas de pulsions... Ce drama est une réflexion sur l'amour et le mariage dans nos sociétés modernes, avec plein de beaux gosses ce qui n'est pas sans nous déplaire !

 

Bonnes pioches

49 days

Du mélo comme nos amis coréens savent le faire. Des méchants très méchants, des amoureux transis (Kang Han !!! je vous défie de ne pas craquer !), des filles malheureuses et une histoire de famille. Bien écrit, la charmante Lee Yo-Won déploit ici tout son talent.

 

eom.jpgScent of a woman

Regardé pour mon chou-chou Uhm Ki-Joon (en photo ci-contre), qui a le rôle le plus intéressant, et Kim Sun-Ah qui joue un rôle plutôt grave puisque son personnage est atteint d'une maladie incurable. Elle rencontre l'amour en la personne de Lee Dong-Wook, qui livre dans ce drama une piètre prestation. Une love story avec une mourrante, qui ne finit pas de façon tragique, c'est possible !

 

The greatest love

Oui, il en fait trop Cha Seung-Won (pour une fois dans un rôle comique) mais c'est pour ça qu'on l'aime. Je suis et serai toujours sous le charme de Gong Hyo-Jin qui apporte avec elle un vent de fraîcheur... Ce drama aborde le thème de la célébrité au pays très formaté de la Corée. Toujours intéressant de voir ce qui se passe derrière les caméras...

 

Watashi ga renai dekinai riyuu

Trois personnages de femmes dans la vingtaine en quête d'amour et de sens à leur vie. Un drama choral bien mené comme les japonais savent le faire.

 

Mention honorable

Me too, flower !

Une policière avec une histoire familiale compliquée, un designer chef d'entreprise tourmenté... ils étaient faits pour se rencontrer ! Mignon et un peu rapide sur la fin car utilisation d'une grosse ficelle scénaristique pour rabibocher les amoureux.

 

kimsoohyun1.jpgDream High

Tout le monde fait son boulot mais il manque une petit quelque chose pour que ce drama passe au rang supérieur... sans doute la façon trop caricaturale dont sont traitées les relations des adultes (au fait, mon petit Ki-joon joue aussi la-dedans). Normal sans doute car l'histoire est focalisée sur les jeunes qui veulent devenir des stars ; tous jouent très bien d'ailleurs (ci-contre une révélation : Kim Soo-Hyun).

 

Propose kyoudai

4 frères, 4 épisodes, 4 mariages mais pas d'enterrement (du moins dans mes souvenirs) ! Divertissant.

 

Sengyo shufu tantei

Une femme au foyer qui devient détective privée et passe du rang de gourde femme au foyer au rang de femme tout court.

 

Bof !

Rebound

Trop de rebondissements tuent le rebondissement... dans ce drama les personnages perdent 20 kilos aussi rapidement que j'en prends deux !

 

Lie-To-Me_detail.jpgLie to me (photo ci-contre)

Comment gacher des talents ! Des bons acteurs mais un scénario faible... Comme souvent, les personnages secondaires sont les plus amusants et intéressants.

 

My princess

Un peu trop acadabrantesque... Song Seung-Hun ne se déride que dans les derniers épisodes où il badine  et devient enfin supportable. Heureusement qu'on le voit sous la douche... (cherchez dans quel épisode !)

 

L'année des polars

Iryu sousa

11 épisodes pour suivre un détective qui s'attache aux objets personnels des victimes ; il va être amené à résoudre une vieille enquête dans laquelle des inspecteurs sont impliqués. Pas transcendant mais bien fichu.

 

Boss 2

J'ai commencé par la première saison et j'ai donc regardé la suite. Un peu trop prévisible malheureusement quand on lit beaucoup de romans policiers comme moi. Mais cela reste bien ficelé, on aimerait que la vie privée des enquêteurs évolue un peu plus...

 

controlControl

On surfe sur la vague Mentalist et autres séries qui traitent de la psychologie des criminels. Le charmant Fujiki Naohito incarne un professeur de psychologie un peu original qui aide une jeune inspectrice. Des enquêtes parfois prévisibles mais le caractère du psychologue excentrique relève un peu le goût.

 

 

Joker

J'adore Masato Sakai qui est vraiment un acteur très doué, je lui fait confiance pour choisir de bons rôles et il ne m'a pas déçu. Ce drama policier sort de l'ordinaire car il se penche sur une organisation policière secrète et illégale qui rend une justice quand elle estime que l'officielle a mal fait son travail. Du coup, il nous force à réfléchir sur le concept même de justice.

 

Vampire prosecutor

Une idée originale ! Un homme transformé en vampire qui est procureur et enquête avec la police. Il est obsédé par le passé et un vampire très meurtrier qui a notamment tué sa soeur... tout n'est pas résolu à la fin de la saison... Heureusement, une deuxième est déja annoncée !

 

Crime squad

On plonge au cour d'une brigade de police avec à sa tête l'impressionnant acteur de Chuno Lee Jong-Hyuk. Il y a beaucoup de personnages et on termine le drama avec une sensation d'inabouti, même si le scénariste est arrivé à boucler la boucle.

 

kang-sang-kyun.jpgWhite Christmas

Beaucoup de suspense et d'interrogations dans ce huit-clos ! Quelques jeunes bouclés dans un pensionnat avec leur professeur, des lettres de menace et bientôt un meurtre ! Une question reste en suspens : pourriez-VOUS devenir un meurtrier ? Avec Kim Sang-Kyung (photo) dont je suis le travail depuis que je l'ai vu .

 

Bon potentiel mais... décevants

Boku to star no 99 michi

Une production japonaise/coréenne où une star coréenne tombe amoureuse de son garde du corps passionné d'astronomie. La fin niaiseuse gache le tout, dommage !

 

City hunter

L'adaptation du célèbre manga, qu'on a du mal à reconnaître ! Plus beaucoup d'humour mais beaucoup de sentimentalisme. La relation avec le père adoptif était la plus intéressante à traiter mais elle est un peu survolée. M'a permis de découvrir Lee Joon-Huyk et de redécouvrir Kim Sang-Joong.

 

Myung Wol the spy

Un beau gâchis de talents... vouloir traiter une histoire d'espions nords-coréens sur un ton humoristique et romantique était un défi que le scénariste a eu du mal à relever. Le début est génial mais ça finit en eau de boudin !

 

Commencé et jamais fini

Tree with deep root : long et triste, peur d'une fin à la Chuno !

 

7 days in life : malfrats, policiers, journaliste et gens ordinaires confinés dans un hôtel en quarantaine. Un drama chinois que je terminerai un jour.

 

Nazotoki wa dinner no ato de : amusant mais trop répétitif ! Je sens la fin pourrie...

 

Manny : nanny gnan-gnan !

 

Midas : pas accroché aux premiers épisodes.

 

Romance town : pfff, trop long...

 

Can't lose : pas mal du tout, de bons acteurs,  je regarderai la fin plus tard car "mon petit Ki-joon" y fait une apparition !

 

Jamais commencé mais j'ai envie

Sign

Comment des médecins légistes mènent l'enquête... l'occasion de revoir le trop rare Park Shin-Yang.

 

shin-ha-kyun.jpgBrain

Un drama médical sur des chirurgiens du cerveau, avec le toujours excellent Shin Ha-Kyun (photo) !

 

Warrior Baek Dong Soo

Enfin un drama historique avec un  peu de baston ! Ca me manque la baston !

 

En cours...

Tsukahara Bokuden

3 mots : Masato Sakai + samouraï !!!

 

Color of a woman

Drôle pour l'instant. Un mystère dans le passé des personnages commence à pointer son nez... Avec Jae Hee époustouflant dans Locataires de Kim Ki-Duk.

 

Ce bilan m'a fait réaliser pourquoi je n'ai pas trop regardé de séries US cette année... pas le temps !

Et vous qu'avez-vous pensé de ces dramas ?

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 22:30

Découverte récente grâce à un blog (désolée, je ne sais plus lequel) : Masaru Ozaki, artiste japonais. Il est spécialisé en mapping. Késako, me direz-vous ? Eh bien tout simplement des projections vidéos sur des structures ou objets en relief.

 

Un exemple avec une... chaise :

 

 

Pas mal, non ?

 

masaru-ozaki.jpgOzaki (à gauche sur la photo) qui se défini comme artiste vidéo et graphique, designer, fait aussi de la musique, de la photo (vous pouvez en voir sur son blog en japonais et anglais) et des petits films, à visionner sur sa chaîne Youtube.

 

Son dernier projet en date Light Tree Project est participatif : il nous permet d'envoyer une carte de voeux personnalisée. Pour cela rendez vous sur le site web du projet, puis cliquez sur "créer avec twitter" si vous avez un compte ou "create without twitter" si vous n'en n'avez pas. Rentrez votre nom et celui de la personne à qui vous souhaiter envoyer un message (qui ne doit pas dépasser les 80 caractères). Cela étant fait, se lance la vidéo que vous pourrez ensuite envoyer par email ou partager.

 

Ozaki a travaillé sur le paysage urbain : murs, aires de jeux, jardins et arbres. Grâce à la rubrique "documentary of the project", vous pouvez voir le making of des vidéos. Cela a l'air plutôt compliqué et très technique mais cette technicité ne transparaît pas dans le résultat que je trouve poétique et beau... et vous ?

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 22:06

En ce début d'année, un haïku pour vous présenter mes meilleurs voeux pour 2012 !

 

Matin du premier jour -

dans le poêle

quelques braises de l'an passé

 

Hino  Sôjô

 

Extrait de Anthologie du poème court japonais.

 

Partager cet article
Repost0