Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Envie d'Asie...
  • : Puisqu'on ne peut pas toujours voyager comme on le voudrait... Envie d'Asie vous emmènera à l'autre bout du monde à la découverte de cultures étonnantes grâce au cinéma, les drama, les journaux, la littérature, la musique et le web.
  • Contact

30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 20:22

Sora vit dans l’ombre de sa grande sœur qui a tout pour plaire : elle est jolie, intelligente et réussit tout ce qu’elle entreprend. La cadette ne supporte plus cette comparaison permanente entre elles, très souvent à son désavantage.

Elle se met ainsi à la détester au point de ne plus vouloir lui adresser la parole. Elle s’inscrit même dans un lycée à plus d’une heure de chez elle où personne ne connaît sa sœur. Là, elle se fait rapidement de nouvelles amies.

Bien que peu douée en sport, Sora s’inscrit au club de volley. Un soir, ayant oublié son téléphone dans le club, elle découvre le terrifiant capitaine de l’équipe des garçons, Kataoka, avec une larme coulant sur la joue.

Elle doit lui promettre de n’avoir rien vu et une curieuse relation naît alors entre eux. Cependant, elle ignore encore que l’ombre de sa sœur plane à nouveau sur elle... Elle ignore aussi que Kataoka et elle ont un point commun.

Critique de "Is this feeling love ?" un manga de Saki Aikawa

Cette histoire en deux tomes met en scène deux protagonistes qui s'efforcent de vivre pleinement leur vie, qui jusqu'ici était dans l'ombre.

L'auteur montre avec justesse la difficulté de cadets à vivre dans l'ombre de leurs aînés mais aussi la souffrance des aînés de voir leurs jeunes frères/sœurs s'éloigner d'eux. En effet, enfermée dans sa souffrance, Sora ne voit pas que sa sœur Sakura est seule et jalousée. Au lieu d'être un soutien, elle la rejette et s'enferme dans sa souffrance jusqu'à ce qu'elle change de lycée.

Seul Kataoka arrivera à lui faire reprendre confiance en elle et à s'aimer. Enfin libre d'être elle-même, elle pourra enfin pardonner à sa sœur, qui n'avait pourtant commis aucun crime.

Par un twist scénaristique (habituel dans un manga), Sora va de nouveau se retrouver confrontée à sa sœur. Va-t-elle enfin "l'emporter" sur elle et pouvoir être heureuse ?

Critique de "Is this feeling love ?" un manga de Saki Aikawa

Le dessin de ce shojo est très classique mais les traits des personnages sont fins. L'histoire sort un peu de l'ordinaire car elle met des fratries en scène avec une certaine finesse psychologique.

Bref, j'ai bien aimé ce petit manga, que je conseille à tous les enfants dès l'âge de 11 ans.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 18:47

De retour après une petite quinzaine de jours passés en pays nippon... et plein de jolis souvenirs !

Quelques érables rouges, oranges, multicolores et ginkgos jaunes pour vous donner un aperçu du Japon à l'automne. En réalité, il y a plein d'autres arbres et arbustes qui changent aussi de couleur à cette saison, on peut donc apprécier de beaux dégradés de rouges, roses, oranges, jaunes... c'est superbe !

On commence à Ohara, près de Kyoto.

On commence à Ohara, près de Kyoto.

Tadaima !!! Du Japon et des érables rouges...
Tadaima !!! Du Japon et des érables rouges...
Tadaima !!! Du Japon et des érables rouges...
On continue à Kyoto dans le jardin du Palais impérial.

On continue à Kyoto dans le jardin du Palais impérial.

Dans un temple...

Dans un temple...

Vue du Kiyomizu dera !

Vue du Kiyomizu dera !

Tadaima !!! Du Japon et des érables rouges...
Partager cet article
Repost0
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 21:25

On ne présente plus le château d'Himeji, actuellement en rénovation !

Quelques photos du Japon (6) : Himeji
Quelques photos du Japon (6) : Himeji
Quelques photos du Japon (6) : Himeji
Quelques photos du Japon (6) : Himeji
Quelques photos du Japon (6) : Himeji
Quelques photos du Japon (6) : Himeji
Quelques photos du Japon (6) : Himeji
Quelques photos du Japon (6) : Himeji
Quelques photos du Japon (6) : Himeji
Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 21:15

Au Sud Est de Kyoto, se trouve le Temple aux 1000 torii (mais bon, je n'ai pas vérifié s'il y avait le compte !). Une bien belle balade à faire avec en cadeau la vue sur la plaine...

Quelques photos du Japon (5) : Fushimi Inari
Quelques photos du Japon (5) : Fushimi Inari
Quelques photos du Japon (5) : Fushimi Inari
Quelques photos du Japon (5) : Fushimi Inari
Quelques photos du Japon (5) : Fushimi Inari
Quelques photos du Japon (5) : Fushimi Inari
Quelques photos du Japon (5) : Fushimi Inari
Quelques photos du Japon (5) : Fushimi Inari
Quelques photos du Japon (5) : Fushimi Inari
Quelques photos du Japon (5) : Fushimi Inari
Quelques photos du Japon (5) : Fushimi Inari
Quelques photos du Japon (5) : Fushimi Inari
Partager cet article
Repost0
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 21:07

On continue avec la ville de Kanazawa située sur la côte Ouest du Japon. Une ville bien sympa avec un joli marché couvert, un superbe jardin et des rues traditionnelles.

Jardin Kenrokuen
Jardin Kenrokuen
Jardin Kenrokuen
Jardin Kenrokuen
Jardin Kenrokuen

Jardin Kenrokuen

Maison du samouraï Nomura
Maison du samouraï Nomura
Maison du samouraï Nomura
Maison du samouraï Nomura

Maison du samouraï Nomura

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 00:00

Takayama est une charmante bourgade au pied des Alpes japonaises, à mi-chemin (ou presque !) entre Nagoya et Kanazawa.

Il y a des vieilles rues typiques, des temples (comme toujours), un musée des matsuri et un village folklorique qui présente d'anciennes maisons. Ca vaut le coup de s'y arrêter.

Maisons traditionnelles, temple, Musée des matsuri
Maisons traditionnelles, temple, Musée des matsuri
Maisons traditionnelles, temple, Musée des matsuri
Maisons traditionnelles, temple, Musée des matsuri
Maisons traditionnelles, temple, Musée des matsuri
Maisons traditionnelles, temple, Musée des matsuri
Maisons traditionnelles, temple, Musée des matsuri
Maisons traditionnelles, temple, Musée des matsuri

Maisons traditionnelles, temple, Musée des matsuri

Bonus : Shirakawago, un village au coeur de la montagne, avec des maisons traditionnelles
Bonus : Shirakawago, un village au coeur de la montagne, avec des maisons traditionnelles
Bonus : Shirakawago, un village au coeur de la montagne, avec des maisons traditionnelles

Bonus : Shirakawago, un village au coeur de la montagne, avec des maisons traditionnelles

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 18:34

On reste encore un peu dans l'immense capitale...

Rues d'Ikebukuro et la vue à Shinjuku
Rues d'Ikebukuro et la vue à Shinjuku
Rues d'Ikebukuro et la vue à Shinjuku
Rues d'Ikebukuro et la vue à Shinjuku
Rues d'Ikebukuro et la vue à Shinjuku
Rues d'Ikebukuro et la vue à Shinjuku
Rues d'Ikebukuro et la vue à Shinjuku
Rues d'Ikebukuro et la vue à Shinjuku
Rues d'Ikebukuro et la vue à Shinjuku
Rues d'Ikebukuro et la vue à Shinjuku
Rues d'Ikebukuro et la vue à Shinjuku
Rues d'Ikebukuro et la vue à Shinjuku
Rues d'Ikebukuro et la vue à Shinjuku
Rues d'Ikebukuro et la vue à Shinjuku

Rues d'Ikebukuro et la vue à Shinjuku

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 19:07

Si vous lisez bien tous les billets de ce blog, vous savez déjà que je dois partir en voyage au Japon. Le jour du départ approche même à grand pas !

En effet dimanche prochain je serai dans l'avion et lundi à la même heure, je serai à Tokyo... certainement en train de chercher un bon resto !

A moi les érables rouges, les ginko jaunes, les temples, les jardins, les néons et la bonne cuisine japonaise ! C'est mon troisième voyage mais c'est le premier qui se déroulera à l'automne. Je ne connais que le japon du printemps et j'ai très hâte de le redécouvrir dans une nouvelle saison...

En l'honneur de mon futur voyage, j'ai décidé de vous faire découvrir les villes et lieux visités précédemment. On commence aujourd'hui par la grande Tokyo... dites moi ce que vous en pensez !

Environs du Palais impérial et jardin est du Palais
Environs du Palais impérial et jardin est du Palais
Environs du Palais impérial et jardin est du Palais
Environs du Palais impérial et jardin est du Palais
Environs du Palais impérial et jardin est du Palais
Environs du Palais impérial et jardin est du Palais
Environs du Palais impérial et jardin est du Palais
Environs du Palais impérial et jardin est du Palais
Environs du Palais impérial et jardin est du Palais
Environs du Palais impérial et jardin est du Palais
Environs du Palais impérial et jardin est du Palais
Environs du Palais impérial et jardin est du Palais
Environs du Palais impérial et jardin est du Palais

Environs du Palais impérial et jardin est du Palais

Parc Ueno et quartier Yanaka
Parc Ueno et quartier Yanaka
Parc Ueno et quartier Yanaka
Parc Ueno et quartier Yanaka
Parc Ueno et quartier Yanaka
Parc Ueno et quartier Yanaka
Parc Ueno et quartier Yanaka
Parc Ueno et quartier Yanaka
Parc Ueno et quartier Yanaka

Parc Ueno et quartier Yanaka

Musée national de Tokyo dans le parc Ueno
Musée national de Tokyo dans le parc Ueno
Musée national de Tokyo dans le parc Ueno
Musée national de Tokyo dans le parc Ueno
Musée national de Tokyo dans le parc Ueno
Musée national de Tokyo dans le parc Ueno
Musée national de Tokyo dans le parc Ueno
Musée national de Tokyo dans le parc Ueno
Musée national de Tokyo dans le parc Ueno
Musée national de Tokyo dans le parc Ueno
Musée national de Tokyo dans le parc Ueno

Musée national de Tokyo dans le parc Ueno

Je viens de me rendre compte que les diaporamas permettent que des photos en mode paysage. Si vous avez l'impression que la photo est mal cadrée, c'est qu'elle a été tronquée dans sa partie haute (je hais la dernière version d'overblog vraiment pourrie !).

Je verrai dans mon prochain post comment insérer les autres.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 20:20

Momo he no tegami est le second long-métrage du réalisateur qui est aussi l'auteur du scénario (après Jin roh, la brigade des loups scénarisé par le plus prolifique Mamoru Oshii). Ce projet très personnel ne l'a pas empêché de travailler comme animateur sur d'autres longs-métrages.

Sorti en France le 25 Septembre, le film a déjà fait beaucoup parler de lui en bien, et a reçu quelques récompenses bien méritées. (Attention spoils !)

Critique de Lettre à Momo d'Okiura Hiroyuki

Trois gouttes d’eau tombent du ciel et rebondissent sur l’épaule de Momo qui tient dans sa main une lettre inachevée écrite par son père, océanographe, disparu en mer. Cette lettre, qui commence par « Chère Momo », est restée blanche.

Après ce décès, Ikuko, la mère de Momo, décide de quitter Tokyo avec sa fille et de rejoindre son île natale, l’île de Shio, située dans la mer intérieure de Seto. Les deux femmes vont habiter chez l’oncle et la tante d’Ikuko qui se réjouissent de voir arriver un peu de sang neuf sur leur île vieillissante.

La maison de famille n’a pas changé depuis des années. Ikuko rayonne de bonheur à l’idée de la retrouver. Pour elle, ce décor est tout simplement merveilleux ; pour Momo, il est propice à l’ennui d’autant qu’elle n’y connaît encore personne. Guidée par sa mère pour faire la connaissance des jeunes de l’île et aussitôt prise sous la protection du gentil Yota, Momo ne parvient cependant pas à intégrer la sympathique bande. Le jour où elle est invitée à sauter dans l’eau du haut d’un pont, elle n’y arrive pas. Elle a la tête ailleurs. Elle aimerait savoir ce que son père a voulu lui écrire avant de disparaître. Elle se souvient de la dernière fois où elle s’est disputée avec lui et se sent coupable...

Momo et sa mère

Momo et sa mère

Un jour, elle distingue une ombre aux côtés de sa mère. Puis, dans le grenier de la maison, elle découvre que les figures d’un roman illustré ont disparu et elle entend des bruits suspects. Elle prend encore plus peur quand ces bruits se transforment en voix et que les mystérieuses ombres se mettent à la suivre partout. Finalement les silhouettes se matérialisent en d'effrayants yokai, monstres du folklore japonais.

Passé la frayeur et les embêtements liés à la cohabitation sous un même toit, Momo va s'habituer à eux malgré leurs mauvaises habitudes. Plutôt qu'avec les autres enfants du village, Momo va se lier d'amitié avec les trois monstres qui ont chacun un physique et une personnalité bien différente.

Mais ceux-ci sont venus chez elle pour une raison bien précise...

Les monstres ont aussi un côté amusant !

Les monstres ont aussi un côté amusant !

Avis aux amateurs d'action, ce film n'est pas pour vous !

En effet, le réalisateur prend tout son temps (environ deux heures) pour nous raconter une période de deuil, à hauteur d'enfant. La jeune Momo n'a que onze ans et empêtrée dans son chagrin et sa culpabilité, se coupe des autres, y compris sa mère à qui elle reproche ses fréquentes absences (celle-ci cherche un travail pour faire vivre sa famille).

Dans un style d'animation traditionnel en 2D techniquement parfait, Okiura ballade son héroïne entre ruelles et champs mais "l'enferme" souvent chez elle, avec ses amis invisibles (pour les autres). Les magnifiques paysages bucoliques de l'île de Shio ne réussissent pas à ouvrir Momo aux autres. C'est en découvrant la véritable raison de la venue des yokai que Momo va reprendre espoir mais c'est quand sa mère tombe malade qu'elle arrive finalement à rouvrir son cœur et faire son deuil.

Son cheminement se fait en douceur, le réalisateur portant sur elle un regard très bienveillant. Momo la tourmentée s'apaise, se réconcilie avec elle-même et les autres.

L'ultime rebondissement du film est à mon avis bien inutile tant le cheminement psychologique de Momo est achevé, mais fait plaisir aux cœurs tendres. On pardonnera donc au réalisateur cette petite facilité pour garder en mémoire cette petite tranche de vie si subtile et réussie.

Momo voudrait répondre à son père...

Momo voudrait répondre à son père...

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 11:36
Drama japonais 2013 : Summer nude avec Yamashita Tomohisa, Toda Erika et Karina

Mikuriya Asahi (Yamapi) travaille comme photographe pour des mariages et des événements scolaires dans une ville située au bord de la mer.

Chiyohara Natsuki (Karina) travaillait comme chef dans un célèbre restaurant italien à Tokyo. Le jour de ses noces, son futur mari rompt avec elle et elle rencontre pour la première fois Asahi, qui a été embauché pour photographier le mariage.

Déprimée, elle accepte une invitation d'Asahi pour travailler comme cuisinier dans le restaurant Aoyama situé dans la ville natale d'Asahi.

Là-bas, elle se lie d'amitié avec Taniyama Hanae (Toda) qui est secrètement amoureuse d'Asahi depuis 10 ans. Malheureusement pour elle, Asahi la voit seulement comme une amie. Ayant découvert l'amour de Hanae pour Asahi, Natsuki encourage Hanae et essaie de l'aider à capturer le cœur d'Asahi.

En réalité, Asahi n'arrive pas oublier son ex-petite amie Ichikura Kasumi (Nagasawa Minami) qui a soudainement disparu il y a trois ans. Quant à Hanae, elle est l'objet d'un amour secret de la part d'un autre de ses amis d'enfance, le taciturne Hikaru (Kubota Masataka).

Cette bande d'amis (complétée par le joyeux Takashi joué par Katsuji Ryo) se retrouve souvent sur la plage et dans le bar Minato Ku, dont les propriétaires sont les mêmes que le restaurant de plage Aoyama. (résumé Nautiljon + moi).

Les amis

Les amis

Le casting très alléchant de ce drama était plein de promesses mais malheureusement les histoires racontées sont assez banales. Cette série de 11 épisodes m'a paru bien longue car les derniers épisodes trainent franchement en longueur pour le couple principal (je ne vous surprendrais pas en disant que c'est celui de Karina et yamapi).

Plusieurs triangles amoureux vont se former pendant l'été puis se défaire. Le personnage de Natsuki change un peu la donne dans le groupe d'amis qui jusque là ronronnait un peu. Chacun restait dans son coin sans oser avouer ses sentiments à l'être aimé. Natsuki, femme blessée, qui essaie de se reconstruire, donne finalement l'exemple et incite les uns et les autres à aller de l'avant.

Drama japonais 2013 : Summer nude avec Yamashita Tomohisa, Toda Erika et Karina

La grande force du drama est que les personnages sont bien campés psychologiquement et très bien interprétés (même si j'ai trouvé Karina un peu en retrait). Ils sont tous une histoire, un passé, un vrai caractère et sont assez attachants. Le petit groupe d'amis est très soudé, tous se soutiennent et se respectent. Cet aspect du drama était donc plutôt bon.

Mais le traitement des questions amoureuses, lui, ne sortait en rien de l'ordinaire... déclarations, atermoiements, cœurs brisés, bonheur retrouvé. Chacun va faire de son mieux, mais tous les écueils sont prévisibles tous comme la fin de chaque histoire. Dommage !

La réalisation restant très classique, comme pour la plupart des dramas japonais, Summer nude s'avère être donc une gentille bluette d'été qu'on peut regarder si on a du temps à perdre... ou qu'on apprécie les acteurs.

Note : 2,5 / 5

Drama japonais 2013 : Summer nude avec Yamashita Tomohisa, Toda Erika et Karina
Partager cet article
Repost0