Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Envie d'Asie...
  • : Puisqu'on ne peut pas toujours voyager comme on le voudrait... Envie d'Asie vous emmènera à l'autre bout du monde à la découverte de cultures étonnantes grâce au cinéma, les drama, les journaux, la littérature, la musique et le web.
  • Contact

3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 10:40

Je continue le récit de mes aventures à Paris le 2 Juin. Avant d'aller au concert d'Ajikan, j'ai profité de la belle journée de printemps pour me rendre au Musée Guimet qui ouvrait son jardin.

Celui-ci est attenant à la galerie du Panthéon bouddhique qui se trouve dans un autre bâtiment que le principal (mais dans la même rue). En réalité, le jardin se résume à un pavillon de thé japonais entouré de bambous et avec un petit étang surplombé de pierres. Ce pavillon n'a été construit qu'en 2001 par des maîtres japonais.

Le Pavillon de thé du Musée Guimet
Le Pavillon de thé du Musée Guimet
Le Pavillon de thé du Musée Guimet
Le Pavillon de thé du Musée Guimet
Le Pavillon de thé du Musée Guimet
Le Pavillon de thé du Musée Guimet
Le Pavillon de thé du Musée Guimet
Partager cet article
Repost0
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 20:47

J'ai l'impression que le concert a eu lieu il y a longtemps... Pourtant cela ne fait qu'un mois que le célèbre groupe s'est arrêté pour une soirée au Bataclan. Pour info, le concert était sold out, ce qui est une excellente chose si on veut qu'ils reviennent un jour (il faut dire que les places n'était pas chères, 25 € ce qui était une excellente chose ! Merci à Bishi Bishi).

Il y a un mois, Asian Kung Fu Generation à Paris (Bataclan)

A cause de mon train j'ai du partir avant la fin, c'est à dire pendant le premier rappel. Autant dire que j'étais dégoutée surtout que, des rappels, il y en a eu deux ! Mais j'ai pu voir l'essentiel du concert qui s'est avéré génial !

L'heure officielle annoncée était 18h donc j'avais donné rdv à la personne qui m'a accompagnée à 17 h 15 devant les portes. Je suis arrivée en avance à 17 h et il y avait déjà une énorme queue qui faisait le tour de la rue ! Je me suis donc mis à la fin et là a commencé la looooooooooongue attente.

ajikan bataclan

ajikan bataclan

Nous avons attendu pendant au moins une heure avant que les portes ne s'ouvrent. Le public, plutôt jeune (il n'y avait que quelques "vieux" comme moi), est entré petit à petit.

La petite veinarde que je suis a récupéré ses places gagnées grâce à Gong au guichet et est entrée dans la salle.

N'étant pas parisienne, je ne connaissait pas le Bataclan qui possède une grande fosse au rez-de chaussé entourée d'un balcon légèrement surélevé et de gradins au premier étage. La fosse étant quasi plein quand je suis entrée, mon ami et moi avons opté pour le petit balcon d'où l'on voyait bien la scène.

Il y a un mois, Asian Kung Fu Generation à Paris (Bataclan)

Désolée pour l'image un peu pourrie mais il faisait sombre et il y avait de la fumée ! Pendant le concert, les photos étaient interdites et j'ai respecté la consigne contrairement à d'autres (cela m'énerve que le public ne respecte pas les desideratas des chanteurs, qui vu leur célébrité contrôlent leur image et c'est normal - mais bon, passons !)

La scène était simple. Comme vous pouvez le voir le décor était juste un oiseau formé avec les lettres du nom du groupe. C'était plutôt joli. Côté éclairages pendant le concert, c'était très bien étudié, le groupé était mis en valeur mais aussi le public de sorte que la communication est bien passée entre eux et nous.

Côté public justement, j'ai eu un peu peur au début car c'était très mou... Nous avons poireauté encore 45 minutes (au moins) à l'intérieur avant que le concert ne commence et personne ne pipait mot. Pas de cris, applaudissements ou sifflements bref pas d'ambiance même après les deux annonces (!) de début de concert.

Mais cela n'a pas duré, dès que le groupe est monté en scène, tout le monde a été pris de ferveur et la chaleur est monté très vite. Il m'a semblé que le groupe a été touché par l'accueil et comme Gotoh avait appris quelques mots de français, le public a aussi apprécié l'effort.

Bien sûr, ce ne sont que mes sentiments, mais j'ai eu l'impression que le public et le groupe ont eu un bon feeling. Toutes les chansons ont été beaucoup applaudies mais le public s'est surtout déchainé sur celles qui ont servi de génériques d'animé.

Pour ma part ce ne sont pas mes préférées (même si je les aime quand même bien sur) et le groupe a joué beaucoup de ses tubes, dont mes morceaux préférés Re:Re:, Night dive, Shinseki no love song, etc (setlist complet ici).

Au début la voix de Gotoh était peu assurée mais cela n'a pas duré (il avait attrapé froid à Londres, où le temps devait être hivernal comme chez nous). Il a beaucoup d'énergie et de peps, une gestuelle amusante et expressive quand il ne joue pas de la guitare ; bref il est petit mais déborde de tonus et sa voix s'est finalement révélée aussi puissante que d'habitude. Le reste du groupe était à l'unisson. Bref j'ai passé un excellent moment et ne rêve que d'une chose, recommencer dès que possible !

Bonus : compte rendu de la conférence de presse ici et d'autres résumés du concert sur Ongaku dojo, Japan addiction, Paoru, et ! plein de photos sur Coyote mag et la page Facebook du groupe.

Partager cet article
Repost0
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 18:52
Critique de Les gens de la rue des rêves de Miyamoto Teru

Voici un petit bijou de livre qui m'a transportée au Japon dans une ruelle de la ville d'Osaka. L'auteur au début du livre consacre chaque chapitre à un habitant de la rue : simple travailleur ou commerçant. On a l'impression d'être dans un livre de nouvelles, ce qui n'est pas désagréable, ce genre étant à mon avis assez fascinant.

Puis, Miyamoto fait évoluer et se rencontrer tous ces personnages. Certains se rapprocherons, d'autres s'éloigneront mais tous changeront d'une manière plutôt positive.

La grande force du livre c'est le réalisme des situations mais surtout des personnages dont la psychologie très subtile est minutieusement décrite. J'ai vraiment eu l'impression de comprendre chaque protagoniste de "l'intérieur", même si tous ont des caractères très différents.

Le style très agréable du livre a rajouté au plaisir de la lecture. L'évolution du personnage central Satomi Haruta qui fait office de lien entre tous les habitants de la rue donne lieu à un final assez surprenant, ce qui n'est pas sans me déplaire. Bref, ce roman, paru en 1986 au Japon, n'a pas pris une ride et fait prendre conscience au lecteur de l'universalité des sentiments.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 14:13
En route pour le concert d'Asian Kung Fu Generation à Paris

Surprise, surprise !! Pour une fois dans ma vie, j'ai gagné un prix ! Grâce à la chaîne Gong, j'ai gagné 2 places pour le concert du groupe Asian Kung Fu Generation !!!!!!!!!!!!

C'est tellement inattendu (je ne gagne jamais rien, même dans les loto) qu'il m'a été difficile de m'organiser surtout que j'habite loin de Paris. Mais il y a des moments où il faut savoir casser sa tirelire !

Dimanche donc je serai à Paris pour le concert et j'en profiterai pour aller voir le Jardin japonais du Musée Guimet qui ouvre exceptionnellement ses portes ce week end. Espérons que le soleil pointera son nez !

Partager cet article
Repost0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 20:22

Aux branches mortes
Perles d'une pluie de printemps
Rondeur du jour


Takahama Kyoshi

Partager cet article
Repost0
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 21:29
montant jusqu'au ciel
le parfum des fleurs de prunier
halo de la lune
Buson
Partager cet article
Repost0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 18:30

Le japonais Riusuke Fukahori s'est fait connaître grâce à ses oeuvres représentant des poissons rouges. Outre son talent de peintre, il est aussi un technicien de la résine qui lui permet de créer des oeuvres en plusieurs dimensions.

 

Admirez...

 

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 22:46

sacree_mamie_01.jpgUne sacrée mamie est une série manga de 11 volumes, tirée d’un roman de Shimada Yoshichi vendu à plus de 4 millions d’exemplaires. L'auteur y raconte ses souvenirs d'enfance et quelques bonus des tomes nous montrent d'ailleurs des photos du village et de ses amis.

 

L'histoire commence par l'arrivée du jeune Akihiro au village (nous sommes dans les années 55 et suivantes). Originaire d'Hiroshima, sa mère, très pauvre, se voit obligée de le confier à sa grand-mère qui vit à la campagne. Si la première rencontre est un peu rude et la séparation avec la famille difficile, petit-fils et mamie vont vite bien s'entendre.

 

Mais les temps sont durs pour la grand-mère aussi, elle vit dans le plus grand dénuement. Pourtant, elle prend la vie du bon côté et déborde d'astuces pour gagner quelques sous et manger gratuitement. Akihiro va peu à peu s'habituer à sa nouvelle vie, sa nouvelle école et se faire des amis.

 

Chaque chapitre raconte une petite histoire qui le met en scène dans sa vie quotidienne. Parfois amusantes, souvent touchantes, ces histoires mettent aussi en relief la personnalité de la grand-mère qui distille avec subtilité de petites leçons de morale et de vie à son petit-fils. Pleine de courage et de vie, elle est aussi protectrice envers lui. Le personnage du jeune garçon est aussi amusant et attendrissant et on se prend vite d'affection pour ce duo, dessinés avec des traits expressifs (signés Ishikawa Saburo).

 

Chronique douce amère, témoignage d'un monde solidaire, leçons de vie universelles... ce manga a tout bon et devrait plaire aux jeunes et aux moins jeunes (et oui, ma mère qui a plus de 60 ans a bien aimé !).

Partager cet article
Repost0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 21:48

asian-kung.jpg

 

C'est tellement rare que l'info mérite d'être relayée ! Pour la première fois depuis sa création, le groupe de rock nippon  Asian Kung Fu Generation (Ajikan ou AKG pour les intimes) donnera un concert en France au Bataclan le 2 juin.

C'est le chanteur lui-même qui avait annoncé l'évènement sur sa page Facebook. C'est désormais le groupe qui en a une.

 

Billeterie encore non ouverte mais restez vigilants car les places risquent de partir en quelques minutes...

 

Edit du 31/03/2013 : toutes les infos billeterie ici !

Partager cet article
Repost0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 14:18

Publié en 2008 au Japon et paru en Septembre 2012 chez nous aux éditions Picquier jeunesse, La maison aux 100 étages est un album pour enfant original. En effet, contrairement à la plupart des autres livres, celui ci se feuillette verticalement c'est à dire que le dos du livre (la tranche) se tient en bas.

 

SL370598.JPG

 

Résumé

Toshi, un garçon qui adore contempler les étoiles, reçoit un jour une mystérieuse lettre. Celle-ci contient une invitation pour la maison aux 100 étages mais elle n'est pas signée. Intrigué, Toshi se met aussitôt en route pour la forêt. Arrivé à destination, il constate que la maison est si haute qu'elle disparaît dans les nuages. Il entre et commence à gravir les étages où il va rencontrer toutes sortes d'animaux. En effet tous les 10 étages, habitent des animaux différents : souris, écureuils, grenouilles, coccinelles, serpents, abeilles... Ce n'est qu'arrivé tout en haut que Toshi découvrira qui l'a invité.

 

maison-100-etages.jpg

 

Mon avis

Cet album fut écrit par Iwai Toshio dans le but d'apprendre à ses filles à compter. Tous les étages de la maison sont en effet numérotés et chaque double-page montre 10 étages à la fois, qui correspondent à l'habitat d'une famille d'animaux.

Si le personnage de Toshi est un peu caricatural, l'ensemble de la maison et de ses habitants fourmille de détails tant le nombre de pièce est propice à les présenter dans différentes sortes d'actions (manger, lire, courir, faire la lessive, dormir, regarder la télévision, sculpter, prendre des douches, jouer, etc.).

Si les animaux sont anthropomorphisés, ils gardent quelques caractéristiques propres à leurs espèces : les piverts mangent des vers, les coccinelles des pucerons, les grenouilles élèvent leurs tétards, les écureuils amassent des glands et noix...

Au cours de sa montée, Toshi échange peu avec les animaux, les textes sont donc minimalistes, ce qui ne gène pas vraiment tant il y a à regarder dans les dessins.

 

Si ce livre n'est pas révolutionnaire au niveau de l'histoire un peu simple, il reste bien agréable à regarder et peut être utile pour aborder les chiffres avec les plus petits. A lire dès 3 ans.

Partager cet article
Repost0