Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Envie d'Asie...
  • Envie d'Asie...
  • : Puisqu'on ne peut pas toujours voyager comme on le voudrait... Envie d'Asie vous emmènera à l'autre bout du monde à la découverte de cultures étonnantes grâce au cinéma, les drama, les journaux, la littérature, la musique et le web.
  • Contact

29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 20:49

Chine, IX siècle.

Nie Yinniang revient dans sa famille après de longues années d’exil.

Son éducation a été confiée à une nonne qui l’a initiée dans le plus grand secret aux arts martiaux. Elle est devenue une tueuse et suit les ordres de son maître. Mais elle a aussi le coeur un peu trop tendre et ne mène pas sa derniière mission à bien.

 

Pour l'endurcir, la nonne l'envoie tuer son cousin Tian Ji'an, gouverneur de province, à qui elle était autrefois promise et qui défie l'Empereur en tentant de se soumettre à son autorité. Celui-ci est marié et père de trois enfant avec son épouse mais son coeur appartient à une concubine, qui tente vainement de garder sa grossesse secrète.

Voilà un film qui m'a beaucoup déçu ! J'avais de grandes attentes car la bande annonce est prometteuse ; de plus, Hou Hsiao Hsien a gagné le Prix de la Mise en scène en 2015 à Cannes avec ce film.

 

Malheureusement, si la mise en scène est en effet superbe, comme la photographie et les costumes, on ne peut pas dire autant du scénario !

D'abord je précise qu'il y a très peu de scènes de combat, il ne faut donc pas aller voir ce film pour l'action ! En gros vous avez vu toutes les scènes de combat dans la bande-annonce.

 

The assassin est en effet plutôt un film... contemplatif ! Telle l'assassin qui contemple la vie de sa future (?) victime et s'interroge, la caméra s'attarde dans tous les plans qui sont certes de toute beauté mais qui contiennent peu d'action. Hou film les magnifiques paysages chinois et les intérieurs comme personne mais un cruel manque de dialogues, des ellipses, des personnages secondaires qui apparaissent et disparaissent sans explications n'aident pas franchement à la compréhension de l'histoire.

Histoire qui se résume finalement à peu de chose, tout ou presque est dans mon résumé. L'assassin est quasi silencieuse, et franchement bien tendre pour quelqu'un qui exerce ce métier. Elle reste d'ailleurs un personnage inexpressif et énigmatique, alors que son cousin que le spectateur découvre en même temps que Yinniang est un  personnage beaucoup plus étoffé et profond à tel point qu'il aurait pu être le héros du film.

 

Bref, on termine le film perplexe en restant sur sa faim, tant aux tenants et aboutissants de l'histoire qu'au niveau des scènes de combat. Les acteurs principaux sont franchement sous utilisés. La beauté plastique incontestable (on passe du noir et blanc à la couleur) du long métrage ne rattrape pas les manques d'interactions entre les personnages et le scénario bien mince... or, moi je vais au cinéma pour voir une histoire. Et vous ?

 

Note : 1,5 / 5

Repost 0
Published by enviedasie - dans Cinéma Taïwan
commenter cet article
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 11:30

 

Depuis ma "conversion" aux cosmétiques asiatiques, j'ai essayé une certaine quantité de produits, en tenant compte de mes envies et des avis sur les blogs. J'ai donc découvert des produits vraiments efficaces et souvent peu onéreux, ainsi que certaines marques de qualité.

 

Mais il faut aussi reconnaître que, comme pour tous les produits qui existent sur le marché, certaines marques et cosmétiques sont moins intéressants. J'aimerais donc vous faire partager quelques avis sur des nettoyants afin de vous éviter quelques déconvenues et vous faire découvrir quelques produits.

 

 

En matière de nettoyant, mon top du top était le Clear purifier de chez Unt. Ce produit n'existe malheureusement plus car Unt est en train de revoir quasiment toute sa gamme de produits.

 

La pate était de couleur noire (très étonnant au premier abord) mais moussait correctement et était sans réel parfum. Surtout ce nettoyant nettoyait en profondeur (j'ai la peau qui s'encrasse vite) et laissait la peau douce et hydratée. Le bémol était la composition du produit très chimique, mais d'abord il y avait peu d'ingrédients (trois ou quatre maxi dans ma mémoire, j'ai fini mon dernier tube réçemment) et ensuite pour un nettoyant qui ne reste que quelques secondes sur le visage, je ne suis pas très regardante.

Pour un prix très abordable (aux alentours de 10 €), c'était le meilleur rapport qualité prix que je connaissais.

 

Pour le remplacer, j'ai testé un échantillon du nettoyant plus basique de la même marque (là aussi il vient d'être modifié) qui ne nettoyait pas assez bien pour moi. J'ai aussi reçu grâce à une promo le nouveau nettoyant Ex White mais n'ai pas encore commençé à le tester. Je vous tiendrai au courant !

Cosmétiques asiatiques : mon avis sur quelques nettoyants (Innisfree, Unt, Hadalabo, Skin food)

 

Le deuxième nettoyant qui m'a bluffé, c'est celui d'Innisfree à la pomme : Apple juicy deep cleansing foam.

A dire vrai, la composition contient aussi beaucoup de produits chimiques (malgré l'image "naturelle" de la marque, c'est souvent le cas dans leur produits) mais le nettoyant est de couleur blanche. Il est très crémeux et nettoie en profondeur comme annoncé. Il laisse aussi la peau hydratée.

 

Malgré l'annonce, ce nettoyant n'a pas vraiment de parfum de pomme (ou tellement faible que c'est risible), ce qui déçoit un peu mais pour le prix (aux alentours de 11 €), on ne peut pas trop en demander surtout qu'il fait bien son job ! C'est donc celui-ci que je rachèterai assurément pour remplacer mon Clear purifier.

 

Mes deux nettoyants chouchous :  le clapet d'Innisfree est quand même plus pratique !

Mes deux nettoyants chouchous : le clapet d'Innisfree est quand même plus pratique !

Je ne pouvais pas ne pas tester le fameux Tamagohada d'Hadalabo, loué dans la blogosphère ! Ce fut une troisième réussite mais je précise que j'ai essayé la version mousse avec flacon pompe et non le tube de crème nettoyante.

 

Comme je l'ai dit, j'ai la peau qui s'encrasse vite mais elle est aussi sensible et sujette à l'acné. Il me faut donc des produits doux mais qui nettoient en profondeur. D'expérience, les AHA et BHA sont assez agressifs pour la peau (il faut que je les utilise un jour sur deux ou trois sinon ca tiraille !) mais là j'ai pu utiliser ce nettoyant tous les soirs sans problème. La composition est chimique même s'ils font quelques efforts (comme Innisfree et Unt) sur l'alcool, les huiles minérales, etc.

 

Pas de parfum, la mousse toute douce qui nettoyait vraiment bien et ma peau qui ne tiraillait pas, bref que du bon. Sur la longueur, j'ai eu l'impression que ma peau était plus nette et moins sujette aux points noirs, comme avec les deux nettoyants précédents.

J'ai d'ailleurs acheté un deuxième flacon lors de mon dernier voyage au Japon, il coutait bien moins cher que sur le net (environ 7 €).

 

 

Enfin je termine avec mes deux flops.

 

Le premier, c'est celui de Skin food avec son nettoyant Mandarin and parsley (for troubled skin, pour peaux à problèmes quoi !). Je l'ai acheté en Corée où la vendeuse n'a pas été foutue de me dire la composition du produit (ben, mandarine et persil ! merci Madame pour tant de précisions !) mais je pense que c'est bien chimique.

 

C'est sur qu'il n'était pas très cher (moins de 9 €) mais pas de parfum d'agrumes comme on pourrait s'y attendre, une texture peu hydratante, et surtout aucun effet sur les petits problèmes de peaux. Je rajoute qu'il ne nettoyait pas assez en profondeur pour moi.

Bref je l'ai donné à une copine !

 

Cosmétiques asiatiques : mon avis sur quelques nettoyants (Innisfree, Unt, Hadalabo, Skin food)Cosmétiques asiatiques : mon avis sur quelques nettoyants (Innisfree, Unt, Hadalabo, Skin food)

 

Encouragée par ma bonne expérience avec le premier nettoyant Innisfree, je me suis dit qu'essayer celui avec de la roche volcanique (Jeju volcanic pore cleansing foam) pourrait être une bonne idée et qu'il pourrait être l'équivalent de mon Clear purifier. Grave erreur !

Je précise qu'il ne coute guère plus cher que les précedents mais qu'il diffère beaucoup du nettoyant à la pomme.

 

La texture d'abord : c'est très crémeux mais il y a des minuscules billes exfoliantes (de la roche volcanique à priori) qui se balladent au mileu de cette crème. Innisfree a voulu faire un nettoyant exfoliant non agressif mais cela ne marche pas ! Pourquoi ? Il y a tellement peu de billes exfoliantes que c'est comme s'il n'y en avait pas. Par exemple, j'en ai deux ou trois maximum pour une petite noisette de produit, donc autant dire qu'elles ne servent à rien ! Il ne faut pas compter sur elles pour désincruster et comme le reste du nettoyant est très hydratant, la peau n'est pas vraiment nettoyée en profondeur (mais reste douce, pour trouver un point positif).

 

Ensuite, la composition du produit contient certes des produits naturels mais aussi des PEG, très mauvais pour l'environnement. Mais le pire c'est l'odeur du produit vraiment très forte et désagréable (pour moi). Je ne saurais dire ce que cela sent vraiment (les fleurs ?) mais c'est très prenant. Heureusement cela ne reste pas (trop) sur la peau.

En résumé, je ne rachèterai pas ce produit pas assez efficace et qui sent trop mauvais.

 

D'ailleurs, j'ai l'impression que j'ai le teint plus brouillé et que les points noirs reviennent plus vite ces derniers mois car je n'ai plus que ce nettoyant et un autre (bio). Je pense que dès que possible je vais ressortir mon Tamagohada !

 

Un point positif pour terminer : tous ces produits durent très longtemps (au minimum 4 mois si on ne l'utilise qu'une fois par jour - perso j'ai deux nettoyants : un pour le matin et un plus fort pour le soir) car on n'utilise que peu de produit à chaque fois.

 

Et vous, avez-vous essayé ces produits ? Qu'en avez-vous pensé ?

 

 

Repost 0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 17:19

Gros coup de coeur pour ce groupe mixte formé en 2007 et qui comprend deux membres. La voix de la chanteuse est mise en valeur dans ce titre - extrait de leur album I'm myself (sorti en 2012) - qui tourne beaucoup sur mon lecteur mp3...

 

 

Repost 0
Published by enviedasie - dans Musique Taïwan
commenter cet article
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 19:35

Ah ben... j'ai trouvé pourquoi j'aimais bien le dernier morceau de Flumpool ! C'est parce qu'ils ne l'ont pas écrite^^, OAOA est en effet une reprise du groupe taïwanais Mayday !

Ce groupe créé dans les années 90 et toujours en activité - leur tournée devrait passer par l'Europe en Septembre - avait sorti ce morceau en 2011. Dites moi quelle version vous préférez !

 

 

 

 

Bonus : un concert de la tournée 2009-2010 en intégralité ! Ce sont vraiment des superstars !
Repost 0
Published by enviedasie - dans Musique Taïwan
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 22:12

Cosmos people (宇宙人) est un un groupe bien sympathique venu de la lointaine île de Taïwan et qui a débuté en 2009. Ils n'ont que deux albums à leur actif (plus un EP) ; le second vient juste de paraître. Je trouve leur style assez frais, entre balade, folk, pop, avec une pincée de funk parfois et aussi de l'électro.

 

Deux extraits de leur premier album :

 

 

 

 

Deux extraits de leur dernier CD Earthwalk , leur style musical a un peu évolué, tout comme leur look !

 

 

 

 

Alors, vous aimez ?

Repost 0
Published by enviedasie - dans Musique Taïwan
commenter cet article
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 12:29

promo-unt.jpg

 

En ce moment, pour un sérum acheté, la lotion qui l'accompagne est offerte ! Pas une petite bouteille, non... la taille normale (prix aux alentours de 12 à 16 euros) !

 

Qui plus est, si votre commande atteint 60 dollars (soit environ 45 euros) vous obtenez en cadeau soit un masque, un masque ou un sérum spécial rides (valeur minimum 12 €).

 

J'en ai profité pour renouveller tout mon stock de sérums, qui sont très efficaces (du moins ceux que j'ai testé : Acne med, Aqua deluge, Clearagen). Je peux tenir une année !

Repost 0
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 23:00

Voilà bien longtemps que je n'ai pas chroniqué des manga sur ce blog ! Pourtant j'en lis régulièrement... Petite séance de rattrapage avec 4 critiques d'un coup !

 

 

tokyolandTokyoland : les aventures d'un français au Japon de Benjamin Reiss (12 bis)

Cette bande dessinée en noir, blanc et vert-gris (oui, il y a des couleurs comme ça) est racontée sous forme de flash-back. Le héros en 2046 se souvient de son séjour à Tokyo et nous narre ses "aventures". Je mets des guillemets car en guise d'aventure, ce sont plutôt ses recherches d'appartement et de travail qui sont rapportées. Le narrateur évolue dans le monde des expatriés français du Japon et il ne faut donc pas compter sur ce livre pour en apprendre beaucoup sur la vie du japonais moyen. Si on ajoute à cela un dessin classique avec des personnages aux traits caricaturaux, on ne trouve pas beaucoup de raisons d'ouvrir ce livre hormis quelques courtes pages évoquant le travail chez des mangaka.

 

 

 

chuc suc khoeChuc Suc Khoe : carnet d'Asie de Benoît Guillaume (Cambourakis)

Ce livre oscille entre BD et carnet de voyage, dont il a d'ailleurs la forme (format à l'italienne). En guise d'Asie, il faudra se contenter du Vietnam, Cambodge (enfin Siem Reap et Angkor) et du Laos. L'auteur accompagné de sa compagne part en routard ce qui lui permet d'aller loin des entiers battus et de pouvoir rencontrer et échanger plus facilement avec les populations. Côté textes, le livre est un mélange d'observations (paysages, flore...), de discussions avec les autochtones ou d'autres étrangers, d'émotions et on le termine avec le même sentiment que l'auteur (on en sait plus mais pas vraiment assez). Côté illustrations, il y a alternance entre les pleines pages contemplatives représentant des paysages ou scènes de rue ou d'intérieur et des pages de BD où l'action et le voyage avance. Je ne peux pas dire que le dessin m'ait beaucoup plus car c'était soit trop chargé soit trop brouillon (pas un trait droit, pas un visage vraiment reconnaissable) mais ce type d'image convient assez au livre (en voir ici).

 

 

 

Formose.jpgFormose de Li-Chin Lin (Ca et là)

L'auteur taïwanaise raconte son enfance et son adolescence sur l'île. De sa prime jeunesse où elle croyait tout ce qu'on lui enseignait et voulait parler mandarin parfaitement, à la rebellion devenue jeune adulte, on suit son parcours en détails. Mais ce n'est pas ce qui m'a intéressé le plus, car celui-ci n'est pas très original (beaucoup d'enfants sont conformistes et s'éveillent à la réalité du monde à l'adolescence). C'est le côté informatif sur la vie et les populations de Taïwan qui m'a le plus plu. Pour qui ne connaît pas l'histoire du pays, le manga fait en effet office d'introduction car le livre est très bavard. C'est d'ailleurs aussi son principal défaut. La voix de  la narratrice est toujours présente et les dessins (en noir et blanc) sont parfois (souvent) inutiles par rapport à ses propos. Ils ont donc peu de force et s'oublient rapidement, dommage ! Interview de l'auteure .

 

 

 

hokusai.jpgHokusai de Shôtarô Ishi no Mori (Kana)

Un manga assez ancien, dans un style de dessin certes un peu dépassé, enfin édité chez Kana. Il conte la vie du célèbre peintre d'estampes Katsushika Hokusai à qui on doit d'ailleurs l'utilisation massive du mot "manga". Gros point fort du livre : la vie du peintre n'est pas décrite de façon linéaire mais par une habile série d'allers-retours dans le temps. En réalité, l'auteur s'attarde peu sur l'oeuvre du peintre mais tente de décrire ses réflexions à propos du dessin et sa quête pour devenir un "vrai" artiste. On n'apprend donc peu de choses hormis qu'il démenageait et changeait de nom souvent, peignait avec frénésie (et voyageait pour cela), couchait avec toutes les femmes qu'il pouvait (scènes explicites dans le livre) ; on ne sait pas grand chose de sa vie familiale sauf sur son premier mariage (il n'est pas clairement dit pourquoi sa fille vit avec lui à la fin de sa vie et avec qui il l'a eu, on ne parle pas non plus de ses relations avec ses disciples). Bref, c'est un peu dommage (là encore) car pour qui ne connait pas les oeuvres de cet immense artiste, l'ouvrage paraîtra sans doute peu compréhensible, et pour qui les connaît, on referme le manga sans en savoir vraiment plus.

Repost 0
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 18:11

... et je te dirai qui tu es !!

 

Nous avons l'horoscope ; les japonais et les coréens (et dans une moindre mesure les taïwanais) croient que notre caractère est lié à notre groupe sanguin (A, B, AB ou O). Cette croyance a une certaine importance puisqu'elle peut déterminer le choix d'un partenaire ou être un frein à une embauche. Plus anecdoctiquement, elle permet de vendre des livres et des produits conçus en fonction des groupes (boissons, préservatifs !).

 

Suite à la découverte, au début du XXe siècle, des groupes sanguins par l'Autrichien Karl Landsteiner, de nombreuses études ont été menées sur les populations du monde afin d'établir la répartition des groupes.

En 1927, Takeji Furukawa, un professeur vivant à Tokyo, publia Étude du caractère selon le groupe sanguin. L'idée d'une influence du groupe sanguin sur le comportement se répandit rapidement dans le pays et le gouvernement de l'époque lança une enquête pour vérifier cette théorie. L'enquête n'aboutit à aucun résultats concluants. Dans une autre étude, Furukawa compara les répartitions de groupes sanguins chez deux groupes ethniques : les Formosans de Taïwan et les Aïnous du Nord-Est de l'Asie. L'objectif de cette étude était de « pénétrer l'essence des caractéristiques raciales des Taïwanais qui se sont révoltés récemment et comportés si cruellement ». En effet, après sa victoire contre la Chine en 1895, le Japon occupa Taïwan et essuya plusieurs insurrections des Taïwanais en 1930 et 1931 qui tuèrent des centaines de colons japonais. Furukawa expliqua le caractère rebelle des Formosans par le fort pourcentage de groupes sanguins O, en comparaison de la faible représentation de ce groupe chez les Aïnous présentés comme soumis par le professeur. En conclusion Furukawa recommanda d'augmenter le métissage des Taïwanais avec les Japonais afin de diminuer la proportion d'individus de groupe sanguin O !  (source Wikipédia)

Autres temps, autres moeurs, autres croyances... La mode des groupes sanguins disparut dans les années 1930 avant de revenir 40 ans plus tard suite au livre de Masahiko Nomi, un avocat sans lien avec le monde médical. 

 

Voici d'après lui les traits de personnalités des quatres groupes :

 

Type A
Traits positifs Honnête, créatif, sensible, réservé, patient, responsable
Traits négatifs Tatillon, trop empressé, têtu, crispé, conservateur
Type B
Traits positifs Enthousiaste, entreprenant, créatif, passionné, solide
Traits négatifs Égoïste, irresponsable, implacable, imprévisible
Type AB
Traits positifs Décontracté, calme, rationnel, sociable
Traits négatifs Critique, indécis, étourdi, irresponsable
Type O
Traits positifs Agréable, sociable, optimiste
Traits négatifs Vaniteux, indélicat, jaloux, insolent

 

Même après que de nombreux universitaires japonais aient mis en doute la théorie en raison de son manque de fondement scientifique, elle a réussi à survivre puis a gagné la Corée du Sud, est devenue extrêmement populaire au début de l'an 2000, et n'a cessé de l'être depuis. Un film "Mon petit ami est de type B" est même sorti en Corée en 2005 sur le sujet !

 

Voici un reportage datant de 2009 qui montre que les superstitions restent vivaces aujourd'hui :

 

Terminons avec ce document en anglais qui résume toute l'histoire !

Repost 0
Published by enviedasie - dans Asie Corée Japon Taïwan
commenter cet article