Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Envie d'Asie...
  • Envie d'Asie...
  • : Puisqu'on ne peut pas toujours voyager comme on le voudrait... Envie d'Asie vous emmènera à l'autre bout du monde à la découverte de cultures étonnantes grâce au cinéma, les drama, les journaux, la littérature, la musique et le web.
  • Contact

9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 18:43

Il fallait bien que ça arrive un jour... un drama en 50 épisodes que j'ai regardé jusqu'au bout ! Ca me trottait dans la tête depuis longtemps et j'avais commençé par visionner 100 years inheritance avec Eugene mais son scénario digne d'un soap opéra américain m'avait trop agacé pour que je le termine.

You're the best Lee Soon Shin (aka Lee Soon Shin is the best) est aussi une histoire de famille (comme tous les grandes séries coréennes) mais assez originale car parle d'adoption dans un pays où elle n'est pas communément admise.

Il y a au casting Jo Jeong Seok, la révélation de King 2 hearts, et la mignonne IU, aperçue dans Dream High, deux acteurs que j'apprécie assez pour me donner envie de regarder cette série.

Le poster officiel

Le poster officiel

Lee Soon Shin est la petite dernière de la famille Lee, qui comprend son père Chang Hun, sa mère Jung-Ae, ses soeurs ainées et sa grand-mère. Soon Shin est le vilain petit canard qui ne sait pas trop quoi faire de sa vie, n'a pas fait d'études ni n'a de travail et qui est donc un peu mal considérée.

Son père la soutient beaucoup mais il décède malheureusement dans un accident alors qu'il est la route pour la rejoindre fêter son anniversaire. Juste avant son décès, Soon Shin pense avoir trouvé sa voie en devenant actrice mais se fait arnaquer par un faux directeur d'agence et se retrouve sans argent.

Toute la famille est d'ailleurs sous le choc du décès et sans grande source de revenus car le salaire Chang Hun manque, d'autant plus que la soeur ainée Hye Sin (Son Tae Yeong) accompagnée de sa fille reviennent vivre avec eux suite à un divorce.

Des trois soeurs, il ne reste que que Yu Sin (Yoo In Na) qui a poste important à son travail et a donc des revenus.

Le casting complet

Le casting complet

Il est difficile de résumer un drama aussi long et avec autant de personnages d'autant plus que comme dans presque tous les dramas, beaucoup de d'entre eux vont être liés (par le sang, l'amitié, l'amour...).

Toutefois le drama se découpe presque en trois parties inégales dans leur longueur (attention spoils).

Les deux premiers épisodes qui présentent la famille Lee et où le décès du père arrive.

Les 15 suivants (de mémoire) où Lee Soon Shin essaye de devenir actrice et où sa mère subit une crise. Car en effet, je ne vous ai pas dit le plus important : Soon Shin a été adoptée ! Au décès du père, sa mère découvre que l'enfant est la fille de l'ancien amour de son mari. Elle croit même qu'il l'a trompée et que Soon Shin est sa vraie fille ; ce qui remet entièrement en question sa vie et ses relations avec sa fille.

Dans la troisième partie qui est la plus longue, l’élément majeur est la relation de Soon Shin avec sa vraie mère, la célèbre actrice Song Mi Ryeong (Lee Mi Suk), une femme manipulatrice et égoïste. De plus, avec sa nouvelle agence dirigée par Shin Jun Ho (Jo Jeong Seok), sa carrière commence à décoller.

La mère de Soon Shin est une superstar

La mère de Soon Shin est une superstar

Bien sûr, dans un drama aussi long, il y a de la romance...

La sœur ainée qui doit se remettre de la tromperie de son mari, tombe amoureuse d'un homme au grand cœur mais qui a un passé de délinquant. Pour elle, c'est sa fille qui compte en premier et elle ne peut refaire sa vie sans son accord. De plus, vu le passif de son amoureux, elle doit faire face à la désapprobation possible de sa famille.

Pour la seconde sœur, c'est plus amusant. Elle est indépendante et tombeuse d'homme mais c'est son ami d'enfance qui la poursuit de ses assiduités et elle finira par craquer. Le seul souci ? Sa belle-mère au caractère bien trempé et opposée à son mariage.

Pour Soon Shin aussi tout finira bien. Dans les débuts du drama, qui sont plus "légers", la question amoureuse est traitée de façon légère et mignonne mais vers la fin elle devient presque anecdotique et passe au second plan.

Ils sont mignooooons !!!

Ils sont mignooooons !!!

En effet, même si le drama se veut familial, la réflexion principale repose vraiment sur le personnage de Soon Shin. IU a beaucoup de fraicheur et de profondeur, elle s'en sort bien pour jouer ce personnage difficile.

Après le décès de son père, elle apprend la vérité sur ses vrais parents, puis part vivre avec sa vraie mère. Beaucoup de bouleversements en plus de sa carrière qu'elle doit mener. L'histoire est vraiment bien écrite mais prend la plus grosse part du drama de sorte que les histoires secondaires prennent peu de place.

Néanmoins la scénariste a habilement mêlé différents personnages : la mère de Soon Shin avec la mère de Sin Jun Ho, la soeur de celui-ci, son ex... de sorte qu'il y a beaucoup de petits rebondissements.

Les deux mères de Soon Shin sont deux personnages très importants (les deux actrices sont d'ailleurs excellentes) : celle qui l'a élevée fait preuve d'une grandeur d'âme et d'un amour extraordinaire alors que sa mère naturelle a une personnalité plus complexe forgée dans le malheur et l'adversité.

Le côté psychologique du drama est très réussi et c'est ce qui permet de tenir jusqu'au bout car on veut savoir comment l'histoire va finir pour les personnages principaux. J'ai aussi apprécié que le drama parle d'adoption qui est un sujet difficile en Corée. En effet pour les coréens c'est le lien du sang qui prime sur tout (l'amour, l'éducation); c'est pourquoi Soon Shin aura du mal avec ses deux familles et son identité.

Le drama apporte une réponse originale à la question, plutôt proche des mentalités américaines ou européennes sur le sujet. Ce point de vue étant loin d'être majoritaire en Corée du Sud, on peut saluer le courage des producteurs et scénariste sur ce sujet.

Le mariage de Yu Sin, un des seuls bons moments du drama

Le mariage de Yu Sin, un des seuls bons moments du drama

Pour résumé, ce drama est une réussite même s'il est beaucoup plus dramatique que prévu. Ne vous attendez pas à beaucoup d'humour, le ton est finalement assez grave, vu les questions abordées.

Très bien écrit (hormi quelques maladresses ou clichés habituels), il est toutefois un peu déséquilibré tant l'histoire de Soon Shin prend de l'importance. J'ai aussi regretté que son histoire d'amour passe au second plan mais je reconnais que cela faisait beaucoup d’événements à traiter en même temps !

Note : 3,5 / 5

Repost 0
Published by enviedasie - dans Drama Corée
commenter cet article
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 19:51

Arte est certainement la seule chaîne française qui parle régulièrement de la Corée, et pas uniquement sur traiter des sujets rabâchés ailleurs (kpop et cinéma).

Ce soir la chaîne propose un reportage en deux parties à 20 h 55 et 21 h 45, qui aborde le sujet difficile et épineux de la réunification mais commence par expliquer l'histoire récente du pays (occupation japonaise, guerre et ses conséquences).

Si vous le loupez, courrez sur arte+7 et vous aurez une semaine supplémentaire pour le voir.

Pierres de prières : pour la réunification du pays et des familles ?

Pierres de prières : pour la réunification du pays et des familles ?

La chaîne propose aussi des extraits des films sur une page dédiée.

Le concept : des thématiques (coiffure, taekwondo, routes, marches et chants...) et deux reportages en lien : l'un en Corée du Nord et l'autre au Sud.

Une mise en regard qui met en évidence l'écart culturel et sociétal qui s'est creusé entre les deux pays.

Repost 0
Published by enviedasie - dans Corée Télévision
commenter cet article
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 18:38

En grande fan de Gong Hyo Jin (vue par exemple dans le drama The greatest love), je ne pouvais pas rater sa dernière performance pour le petit écran. Elle est accompagnée par So Ji Sub, que j'avais découvert dans Ghost, pour le rôle principal masculin.

Ce drama d'été a bénéficié d'une extension d'un épisode et en a donc comptabilisé 17 au lieu des 16 prévus.

Nos deux héros

Nos deux héros

Ju Jung Won est un PDG ambitieux et froid évaluant toutes les relations en terme d'argent. Il est le président d'un grand magasin. Son père passant la plupart de son temps à l'étranger c'est sa tante et son sous-directeur de mari qui lui sont le plus proche. Il a toutefois développé une relation de confiance et d'amitié avec son secrétaire.

Kidnappé durant son enfance, il fera face à la disparition de son unique amour Cha Hee Ju au cours de cet évènement, alors que tous deux prenaient la fuite en voiture. Il circule depuis lors la rumeur d'une malédiction liée à la présence permanente de l'esprit de la jeune femme auprès de lui. En effet, ses fiançailles ont déjà été rompues trois fois ! La vraie malédiction est qu'il a perdu la capacité de lire après le choc de l'accident à l'origine du décès d'Hee Ju.

Tae Gong Sil est une jeune femme sensible souffrant d'insomnies à cause de son aptitude à voir les fantômes, acquise après un accident et un coma. Elle vit dans un petit appartement et n'arrive pas à garder un emploi. Elle trouvera en Jung Won, rencontré par hasard, son refuge car le simple fait de le toucher éradiquant tout fantôme de son champ de vision. Gong Sil n'aspirera désormais qu'à une chose, rester aux côtés de Jung Won afin de se libérer de cette faculté particulière. Elle ira jusqu'à travailler comme femme de ménage dans le magasin de celui-ci... qui ne sera guère ravi.

Le quattuor amoureux

Le quattuor amoureux

L'histoire de ce drama sentimental est vraiment concentrée sur le couple principal joué par les deux stars. Bien sûr, il a des rivaux potentiels ( la starlette jouée par Kim Yu Ri et le garde du corps interprété par Seo In Guk) mais ils n'arriveront ni l'un ni l'autre à capter le cœur des héros et ne seront pas de gros perturbateurs.

En effet, Jung Won et Gong Shil vont vite tomber amoureux l'un de l'autre même s'ils ne se l'avoueront pas tout de suite. C'est plutôt le statut social de Jung Won et les facultés très spéciales de Gong Shil qui vont perturber leur histoire d'amour.

Les questions qui vont se poser sont les suivantes : Gong Shil va elle accepter d'être une sorte de Cendrillon et donc mal jugée par tous, ET sera-t-elle à nouveau capable de revivre normalement (c'est à dire de ne plus voir de fantômes) ? Bien évidement ces questions prendront surtout de l'importance vers la fin du drama.

Drama coréen 2013 : Master's sun avec Gong Hyo Jin et So Ji Sub

La série commence en effet par la rencontre entre nos deux héros sous la pluie et c'est peu dire que le courant passe tout de suite entre eux. Gong Shil découvre immédiatement le pouvoir de Jung Won : si elle le touche, les fantômes disparaissent !

Autant dire qu'il devient l'homme providentiel qu'elle cherche à approcher coûte que coûte. Elle se fait embaucher dans son grand magasin pour se rapprocher de lui et quand il découvre son pouvoir à elle, il essaie d'en tirer profit.

Nos deux héros sont donc vite liés et leurs aventures ensemble consistent à aider les fantômes en détresse (Gong Shil a trop bon coeur pour ne pas les aider) et à essayer de résoudre l'enquête autour de l'enlèvement de Jung Won.

Drama coréen 2013 : Master's sun avec Gong Hyo Jin et So Ji Sub

Le drama prend ensuite un virage un peu inattendu dans le sens où le ton devient plus grave. On se demande quand même s'il était prévu dès le départ (extension, extension !) tant le personnage de Gong Shil évolue.

L'ajout d'un personnage très important dans sa vie (joué par Lee Cheon Hee vu quelques semaines avant dans Dating agency : Cyrano - chronique à venir) paraît être une astuce scénaristique sujet à produire un ultime rebondissement (et c'est quand même un peu le cas) mais, même si ce personnage aurait pu être plus développé, il ne tombe pas complètement comme un cheveux sur la soupe car il permet à Gong Shil d'évoluer. En effet tout repose sur ses épaules car après avoir pris conscience de son amour profond pour Jung Woo, elle doit résoudre ses problèmes pour avancer dans la vie. Jung Won l'acceptait pourtant telle qu'elle était... mais on ne peut pas être heureux en couple mais si on ne s'accepte pas soi-même.

Drama coréen 2013 : Master's sun avec Gong Hyo Jin et So Ji Sub

Ce drama a beaucoup d'atouts : les dialogues sont ciselés, l'humour est très présent, les personnages secondaires ont tous leur importance et sont bien castés (il y a même un caméo de Lee Jong Hyeok !), l'alchimie fonctionne entre les deux acteurs principaux, les effets spéciaux sont réussis... mais le changement de ton m'a quand même un peu dérangé.

Toutefois ce n'est pas un gros défaut et je recommande vivement cette histoire d'amour qui sort de l'ordinaire !

Note : 4 / 5

Repost 0
Published by enviedasie - dans Drama Corée
commenter cet article
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 21:11

Petit coup de cœur pour cette artiste à la voix si profonde et originale... et qui est sourde d'une oreille ! J'aime ce titre qui mélange une mélodie et des harmonies un peu rétro avec du rap...

A écouter sur ma chaîne Youtube : lien en haut de page.

C'est son vrai petit fiancé qui joue dans le clip...

Repost 0
Published by enviedasie - dans Corée Musique
commenter cet article
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 20:20

Momo he no tegami est le second long-métrage du réalisateur qui est aussi l'auteur du scénario (après Jin roh, la brigade des loups scénarisé par le plus prolifique Mamoru Oshii). Ce projet très personnel ne l'a pas empêché de travailler comme animateur sur d'autres longs-métrages.

Sorti en France le 25 Septembre, le film a déjà fait beaucoup parler de lui en bien, et a reçu quelques récompenses bien méritées. (Attention spoils !)

Critique de Lettre à Momo d'Okiura Hiroyuki

Trois gouttes d’eau tombent du ciel et rebondissent sur l’épaule de Momo qui tient dans sa main une lettre inachevée écrite par son père, océanographe, disparu en mer. Cette lettre, qui commence par « Chère Momo », est restée blanche.

Après ce décès, Ikuko, la mère de Momo, décide de quitter Tokyo avec sa fille et de rejoindre son île natale, l’île de Shio, située dans la mer intérieure de Seto. Les deux femmes vont habiter chez l’oncle et la tante d’Ikuko qui se réjouissent de voir arriver un peu de sang neuf sur leur île vieillissante.

La maison de famille n’a pas changé depuis des années. Ikuko rayonne de bonheur à l’idée de la retrouver. Pour elle, ce décor est tout simplement merveilleux ; pour Momo, il est propice à l’ennui d’autant qu’elle n’y connaît encore personne. Guidée par sa mère pour faire la connaissance des jeunes de l’île et aussitôt prise sous la protection du gentil Yota, Momo ne parvient cependant pas à intégrer la sympathique bande. Le jour où elle est invitée à sauter dans l’eau du haut d’un pont, elle n’y arrive pas. Elle a la tête ailleurs. Elle aimerait savoir ce que son père a voulu lui écrire avant de disparaître. Elle se souvient de la dernière fois où elle s’est disputée avec lui et se sent coupable...

Momo et sa mère

Momo et sa mère

Un jour, elle distingue une ombre aux côtés de sa mère. Puis, dans le grenier de la maison, elle découvre que les figures d’un roman illustré ont disparu et elle entend des bruits suspects. Elle prend encore plus peur quand ces bruits se transforment en voix et que les mystérieuses ombres se mettent à la suivre partout. Finalement les silhouettes se matérialisent en d'effrayants yokai, monstres du folklore japonais.

Passé la frayeur et les embêtements liés à la cohabitation sous un même toit, Momo va s'habituer à eux malgré leurs mauvaises habitudes. Plutôt qu'avec les autres enfants du village, Momo va se lier d'amitié avec les trois monstres qui ont chacun un physique et une personnalité bien différente.

Mais ceux-ci sont venus chez elle pour une raison bien précise...

Les monstres ont aussi un côté amusant !

Les monstres ont aussi un côté amusant !

Avis aux amateurs d'action, ce film n'est pas pour vous !

En effet, le réalisateur prend tout son temps (environ deux heures) pour nous raconter une période de deuil, à hauteur d'enfant. La jeune Momo n'a que onze ans et empêtrée dans son chagrin et sa culpabilité, se coupe des autres, y compris sa mère à qui elle reproche ses fréquentes absences (celle-ci cherche un travail pour faire vivre sa famille).

Dans un style d'animation traditionnel en 2D techniquement parfait, Okiura ballade son héroïne entre ruelles et champs mais "l'enferme" souvent chez elle, avec ses amis invisibles (pour les autres). Les magnifiques paysages bucoliques de l'île de Shio ne réussissent pas à ouvrir Momo aux autres. C'est en découvrant la véritable raison de la venue des yokai que Momo va reprendre espoir mais c'est quand sa mère tombe malade qu'elle arrive finalement à rouvrir son cœur et faire son deuil.

Son cheminement se fait en douceur, le réalisateur portant sur elle un regard très bienveillant. Momo la tourmentée s'apaise, se réconcilie avec elle-même et les autres.

L'ultime rebondissement du film est à mon avis bien inutile tant le cheminement psychologique de Momo est achevé, mais fait plaisir aux cœurs tendres. On pardonnera donc au réalisateur cette petite facilité pour garder en mémoire cette petite tranche de vie si subtile et réussie.

Momo voudrait répondre à son père...

Momo voudrait répondre à son père...

Repost 0
Published by enviedasie - dans Cinéma Japon
commenter cet article
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 22:26
Drama coréen 2013 : The queen of office avec  Kim Hye Soo et Oh Ji Ho

Ce drama coréen est un remake d'une série japonaise Haken no hinkaku que je n'ai pas vu et dont je n'avais même jamais entendu parler. Je ne saurais donc dire s'il est fidèle à l'original.

Sur le papier, l'histoire n'était guère attrayante mais les teasers plutôt amusants ainsi que les acteurs (pas les principaux cités dans le titre mais les secondaires : Jung Yu Mi vue notamment dans I need romance 2012 et Lee Hee Joon, apprécié précédement dans Wild romance) m'ont incité à y jeter un œil.

Jung Yu Mi et Lee Hee Joon

Jung Yu Mi et Lee Hee Joon

Mademoiselle Kim (Kim Hye Su) est une employée contractuelle (pour 3 mois), qui fait absolument toutes les tâches qu'on lui demande sur son lieu de travail. Par contre elle va déjeuner seule et se fait payer toutes ses heures supérieures. De même, elle respecte scrupuleusement ses horaires de travail et porte une tenue stricte.

Aucun de ses collègues ne connait son prénom, ni ne connait de détail sur sa vie privée. Cette femme charismatique et mystérieuse est au centre de toutes les attentions. En réalité, Miss Kim ne fait que des contrats de courte durée pour lesquels elle est bien payée et passe le reste de son temps à voyager et pratiquer les danses latines.

Jang Kyu Jik (Oh Ji Ho) est un salarié à temps plein. Il vient d'obtenir son diplôme aux États-Unis et est de suite rentré dans son pays d'origine, la Corée du sud. Il est le chef de service typique : ambitieux, à la botte de son supérieur direct, cordial avec ses subordonnés mais légèrement méprisant avec les employées sous contrat et à temps partiel.

Le drama commence avec l'arrivée de Miss Kim et de la jeune Jung Joo Ri (Jung Yu Mi) dans l'entreprise de Kyu Jik. Celui-ci vient de prendre la tête du service marketing en remplaçant son collègue et néanmoins ami, le sympathique Mu Jeong Han (Lee Hee Joon) qui est presque son opposé en terme de caractère.

Le casting principal

Le casting principal

Ce drama mélange plusieurs aspects.

D'abord bien sûr, un aspect romantique en offrant plusieurs pistes de romance. Joo Ri est d'abord attirée par Kyu Jik mais changera finalement d'avis en voyant son attitude. Miss Kim sera l'objet de deux affections. Kyu Jik devra choisir entre son ex et la personne pour qui son cœur balance. De ce côté, rien de bien original pour qui connaît un peu le monde des dramas.

Ensuite un côté humoristique assez fort dans les premiers épisodes. En effet la rencontre entre Miss Kim et Kyu Jik va faire quelques étincelles car celle-ci est la seule à le contrarier et à se mettre en compétition avec lui.

Enfin et c'est l'aspect le plus original, ce drama montre les rouages du monde du travail en entreprise en Corée. Il faut en effet préciser le type de recrutement de ces entreprises qui soit embauchent directement des titulaires soit font appel à des contractuels dont les emplois sont bien sûr plus précaires. Ceux-ci sont moins bien intégrés dans l'entreprise et n'ont pas forcément les mêmes droits que les autres. Ce type d'emploi est donc bien moins vu que l'autre et le choix de Miss Kim de n'avoir que des contrats est donc une grande source d'étonnement pour tous.

Autre point important, la culture d'entreprise et le sentiment d'appartenance à une société pour laquelle on doit se dévouer corps et (presque) âme. Tout comme au Japon, il est de bon ton de faire des heures sup (non payées je précise), de partir après son boss, de déjeuner avec ses pairs, de sortir boire et manger le soir avec eux. Sauf que pour les contractuels ce dévouement ne paie pas toujours. Miss Kim ne se plie pas à ces règles non écrites mais que tout le monde connaît ; elle fait donc "tâche" et est mal vue par certains. Seules ses multiples compétences la sauvent.

La hiérarchie est aussi à considérer, l'employée quel que soit son niveau reste à la merci de son supérieur qu'il vaut mieux ne pas contrarier car c'est souvent le seul interlocuteur mieux placé que l'employé rencontre directement. Il peut faire son bonheur et aussi son malheur. Ce type de relation peut créer de la corruption et beaucoup d'hypocrisie dans les relations.

Drama coréen 2013 : The queen of office avec  Kim Hye Soo et Oh Ji Ho

Miss Kim faut donc figure de rebelle, elle qui refuse de se plier aux dictats des entreprises et qui conserve une grande liberté. C'est finalement son personnage qui permet par le biais des histoires et aventures qui arrivent dans le bureau du marketing de remettre en question toutes ces règles plus ou moins justes qui font loi dans les entreprises.

Chaque personnage au sein du bureau incarne une vision du "métier" ou de l'employé : le contractuel qui rêve de devenir titulaire, le titulaire embauché sur diplôme mais pas forcément plus compétent, le chef de service qui veut traiter TOUS ses employées de façon égale et qui croit en la compétence, etc.

Si Kyu Jik et Miss Kim incarnent les deux opposés, un peu extrêmes, le bureau est un microcosme représentatif de toutes les situations possibles dans lesquelles un employé peut se trouver. Par la même, il est facile au spectateur coréen de s'identifier et de s'interroger avec les personnages du bien fondé de toutes ces règles.

Je dirai qu'avec l'humour, cet aspect est le plus positif du drama.

Par contre, le personnage de Mademoiselle Kim reste très monolithique et met beaucoup de temps à se dévoiler. C'est celui de Kyu Jik qui évoluera le plus à son contact. Elle reste assez caricaturale jusqu'à la fin et cela devient pénible, même si son passé et les raisons de ses actions seront finalement dévoilées. De même, l'aspect romance reste inabouti et la toute fin de la série nous laisse sur notre faim.

Note : 3 / 5

A voir sur Dramapassion !

Repost 0
Published by enviedasie - dans Drama Corée
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 21:59

On reste dans le thème des dramas car cette chanson fait partie de la bande originale d'All about my romance.

Ce très jeune groupe (1 frère et 1 soeur qui n'ont ni l'un ni l'autre 18 ans) ont été découverts dans une émission de télé crochet et ont fait preuve d'un certain talent au point d'avoir décroché un contrat auprès d'une maison de disques.

C'est frais, mignon et charmant, donc bien agréable. Un groupe à suivre !

A retrouver sur ma chaîne Youtube !

Allez, un autre titre en bonus !

On ne peut pas ne pas aimer !

Repost 0
Published by enviedasie - dans Musique Corée
commenter cet article
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 11:36
Drama japonais 2013 : Summer nude avec Yamashita Tomohisa, Toda Erika et Karina

Mikuriya Asahi (Yamapi) travaille comme photographe pour des mariages et des événements scolaires dans une ville située au bord de la mer.

Chiyohara Natsuki (Karina) travaillait comme chef dans un célèbre restaurant italien à Tokyo. Le jour de ses noces, son futur mari rompt avec elle et elle rencontre pour la première fois Asahi, qui a été embauché pour photographier le mariage.

Déprimée, elle accepte une invitation d'Asahi pour travailler comme cuisinier dans le restaurant Aoyama situé dans la ville natale d'Asahi.

Là-bas, elle se lie d'amitié avec Taniyama Hanae (Toda) qui est secrètement amoureuse d'Asahi depuis 10 ans. Malheureusement pour elle, Asahi la voit seulement comme une amie. Ayant découvert l'amour de Hanae pour Asahi, Natsuki encourage Hanae et essaie de l'aider à capturer le cœur d'Asahi.

En réalité, Asahi n'arrive pas oublier son ex-petite amie Ichikura Kasumi (Nagasawa Minami) qui a soudainement disparu il y a trois ans. Quant à Hanae, elle est l'objet d'un amour secret de la part d'un autre de ses amis d'enfance, le taciturne Hikaru (Kubota Masataka).

Cette bande d'amis (complétée par le joyeux Takashi joué par Katsuji Ryo) se retrouve souvent sur la plage et dans le bar Minato Ku, dont les propriétaires sont les mêmes que le restaurant de plage Aoyama. (résumé Nautiljon + moi).

Les amis

Les amis

Le casting très alléchant de ce drama était plein de promesses mais malheureusement les histoires racontées sont assez banales. Cette série de 11 épisodes m'a paru bien longue car les derniers épisodes trainent franchement en longueur pour le couple principal (je ne vous surprendrais pas en disant que c'est celui de Karina et yamapi).

Plusieurs triangles amoureux vont se former pendant l'été puis se défaire. Le personnage de Natsuki change un peu la donne dans le groupe d'amis qui jusque là ronronnait un peu. Chacun restait dans son coin sans oser avouer ses sentiments à l'être aimé. Natsuki, femme blessée, qui essaie de se reconstruire, donne finalement l'exemple et incite les uns et les autres à aller de l'avant.

Drama japonais 2013 : Summer nude avec Yamashita Tomohisa, Toda Erika et Karina

La grande force du drama est que les personnages sont bien campés psychologiquement et très bien interprétés (même si j'ai trouvé Karina un peu en retrait). Ils sont tous une histoire, un passé, un vrai caractère et sont assez attachants. Le petit groupe d'amis est très soudé, tous se soutiennent et se respectent. Cet aspect du drama était donc plutôt bon.

Mais le traitement des questions amoureuses, lui, ne sortait en rien de l'ordinaire... déclarations, atermoiements, cœurs brisés, bonheur retrouvé. Chacun va faire de son mieux, mais tous les écueils sont prévisibles tous comme la fin de chaque histoire. Dommage !

La réalisation restant très classique, comme pour la plupart des dramas japonais, Summer nude s'avère être donc une gentille bluette d'été qu'on peut regarder si on a du temps à perdre... ou qu'on apprécie les acteurs.

Note : 2,5 / 5

Drama japonais 2013 : Summer nude avec Yamashita Tomohisa, Toda Erika et Karina
Repost 0
Published by enviedasie - dans Drama Japon
commenter cet article
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 20:47

Bilan mitigé pour ce court drama de 11 épisodes qui avait pour atout un bon casting. Comme toutes les séries sentimentales, il traite de la recherche de l'amour mais avait le mérite de mettre en scène une histoire entre une femme de 40 ans et un homme de 15 ans son cadet. Malheureusement, quelques incohérences psychologiques et scénaristiques gâchent un peu l'originalité du sujet.

Le casting principal au complet

Le casting principal au complet

Sakura (Shinohara Ryoko) a bientôt 40 ans, s'habille comme un homme, ne s'occupe pas d'être jolie et travaille comme manager dans un salon de coiffure. Alors qu'elle pensait en devenir la directrice, c'est un collègue et néanmoins ami Tachibana Rintaro (Fujiki Naohito) qui obtient le poste. De plus, par une heureuse coïncidence toute drama-esque, il devient son voisin en aménageant dans l'appartement d'à côté.

Un beau matin, Sakura découvre sur son menton un énorme poil et prend conscience qu'elle vieillit (elle flippe aussi en s'imaginant avec une barbe ^^). N'ayant pas eu d'aventure amoureuse depuis une dizaine d'année, elle craint de perdre sa féminité et décide de se reprendre en main.

Aidée par ses amies, la libérée Shima (Iijima Naoko) et la mariée frustrée Miki (Otsuka Nene), elle se rend à une soirée où elle rencontre le jeune et beau Hiroto (Miura Haruma). Celui-ci la drague ouvertement et ils terminent la soirée ensemble...

En réalité Hiroto est en service commandé, envoyé par l'énigmatique Chiyoko (Nanao) qui en voit en Sakura une rivale. En effet, Chiyoko est amoureuse de Tachibana et voit d'un mauvais œil son excellente relation amicale avec Sakura.

Les trois amies

Les trois amies

L'intrigue principale tourne donc autour de l'histoire de Sakura et Hiroto qui, continuant de sortir avec elle, va peu à peu tomber amoureux. Le rival sera, vous l'avez deviné, Tachibana qui mettra du temps avant de s'avouer ses sentiments et se déclarer à Sakura.

Son personnage n'entre que tardivement en réelle rivalité avec Hiroto car la scénariste a cru bon d'ajouter un passé difficile à Hiroto. En effet, celui-ci est brouillé avec son père car il ne souhaite pas travailler dans l'entreprise familiale. De plus, il a déjà une petite amie (pour une fois d'ailleurs, il y a quelques scènes dénudées) et sa relation avec Chiyoko est assez perverse. On comprend pourquoi au cours du drama.

Le personnage de Chiyoko est d'ailleurs assez surréaliste, même pour un drama. Outre le fait qu'elle embauche Hiroto pour jouer au petit ami, ce qui est déjà peu crédible, son caractère de fille gâtée pourrie est assez extrême. Ni Tachibana ni Hiroto ne la remettent à sa place, sous prétexte qu'elle a vécu un moment difficile dans son enfance, qui la fait toujours souffrir. Sa méchanceté lui est toujours pardonnée ! Ce personnage est donc assez mal écrit et vite détestable. Il n'est utile qu'à certains moments pour faire rebondir l'histoire.

Hiroto

Hiroto

Une seconde histoire s'ajoute à celle de Sakura. C'est celle de son amie Miki dont le mari se fait draguer par Shima ! Le plus incroyable est le fait que depuis qu'elles sont amies (c'est à dire 15 ans au moins), Shima n'ait jamais rencontré le mari de Miki !! La suite n'est guère crédible non plus car au moment de passer à l'acte le pauvre homme reste impuissant. Shima ayant découvert la vérité rompt avec lui mais il lui demande sans cesse conseil. Elle devient finalement sa confidente et conseillère sexuelle jusqu'à ce que Miki les voit dans la rue en train de sortir d'un hôtel (où ils avaient juste bu un verre).

Le couple qui paraissait si solide connait donc une crise. L'amitié avec Shima en prend aussi un coup dans l'aile. De plus, la belle-mère - insupportable - de Miki s'installe chez eux. Miki va donc devoir évoluer, réfléchir sur son couple, s'affirmer pour regagner sa place chez elle mais surtout avoir de nouveau des relations sexuelles avec son mari ! La tromperie avortée de celui-ci est d'ailleurs traitée avec une certaine condescendance, l'excuse toute trouvée de l'impuissance expliquant à elle seule (!) ses velléités d'aller voir ailleurs.

Cet aspect du drama nous montre plutôt l'aspect traditionnel du mariage et de la famille au Japon où Monsieur travaille (beaucoup) et Madame s'occupe de tout le reste (et avec le sourire s'il vous plaît). Peut-on être heureux ainsi, c'est la question que le drama pose. Il y répond de façon très conventionnelle, comme pour se dédouaner de mettre en avant une relation extra-ordinaire entre adultes d'âges très différents.

Tachibana entre en action !

Tachibana entre en action !

Le personnage de Shima connait lui aussi une évolution étonnante puisque de divorcée-célibataire bien dans sa peau et croqueuse d'hommes, elle décide de se lancer à nouveau dans une histoire d'amour, en choisissant son prétendant ...au hasard (c'est sûr ca va marcher) !

Cette incohérence n'est pas la seule puisque la fin du drama, est tout aussi peu crédible (attention spoils). Sakura est très à l'aise avec Tachibana, à qui elle peut se confier et avec qui elle peut être vraiment elle-même. Très logiquement elle aurait du tomber amoureuse de lui. Pourtant ce n'est pas le cas, elle va pardonner à Hiroto sa trahison en quelques minutes et retomber dans ses bras ! Vous me direz l'amour est aveugle... oui mais il ne pardonne pas tout... la rapidité à laquelle les sentiments évoluent dans les deux derniers épisodes est franchement invraisemblable. Rintaro est franchement mou et abandonne vite la partie qu'il avait rejoint déjà tardivement.

Malgré tous ces bémols, il faut dire que le casting est excellent. Shinohara Ryoko incarne à merveille cette quarantenaire et arrive grâce à son jeu plein de vivacité à nous faire croire en son personnage. Ses amies sont toutes aussi bien incarnées, le choix des actrices est très bon. Miura est lui aussi plutôt bon, je ne l'ai quasiment vu que dans des seconds rôles donc je ne peu pas vraiment juger de l'évolution de son jeu (par contre on peut facilement juger de sa plastique!). Fujiki est égal à lui-même (donc bien !).

Les dialogues, notamment les joutes entre Sakura et Tachibana, sont assez bien écrits et parfois savoureux. Il y a de nombreuses touches d'humour et de personnages secondaires amusants notamment au salon de coiffure.

C'est grâce à cela que les incohérences passent finalement assez bien mais avec le recul, je trouve ce drama assez creux sur le fonds alors que le sujet pouvait espérer un traitement plus ambitieux et original. On a l'impression que la scénariste a voulu contenter tout le monde, sans prendre réellement partie (ou avec tellement peu de courage), et, du coup, ce drama reste finalement assez tiède. Vite regardé, vite oublié !

Note : 2,5 / 5

Repost 0
Published by enviedasie - dans Drama Japon
commenter cet article
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 18:35

Voilà, il est temps que je vous présente le meilleur drama de l'année (jusqu'à présent mais la barre est très haute) !


Ten 2 (pour abréger), diffusé sur OCN, fait suite à une première saison diffusée en 2011 qui se terminait sur un suspense insoutenable (un des plus beaux cliffhanger que je connaisse). Il aura fallu attendre deux longues années pour le mystère se lève enfin. Si la première saison était marquante, j'ai trouvé la seconde encore meilleure, sans qu'aucun épisode ne baisse le rythme ou le niveau.

Drama coréen 2013 : Special Affairs Team TEN 2  avec Joo Sang Wook

Petit résumé de la saison 1 et présentation des personnages (spoils)

 

La section TEN a pour but de s'occuper des plus violents crimes qui ont été commis dans le pays, ceux qui sont les plus complexes et restent souvent non résolus. Sa direction a été confiée à Yeo Ji Hun (Joo Sang Wook alias "plaisir des yeux"^^). Ce professeur est un ex-détective de renom, à la réputation trouble, qui avait quitté son poste au sein de la police pour des raisons qui restent floues au début du drama. La première affaire va permettre à Ji Hun de rassembler autour de lui une équipe aux talents complémentaires (cette première affaire fait l'objet d'un premier épisode d'une longueur extraordinaire - au moins 1 h 30 dans mes souvenirs - d'excellente facture).


C'est en effet un trio efficace qui se constitue sous ses ordres. On y retrouve de jeunes recrues : Park Min Ho (le prometteur Choi Woo Sik), un nouveau policier qui ne demande qu'à apprendre, et Nam Ye Ri (Jo An), une jeune détective qui se morfondait jusqu'à alors dans des tâches subalternes, mais dont les qualités pour comprendre les gens et dresser leur profil lui ouvrent la voie vers cette unité. A l'opposé, le dernier membre, Baek Do Sik (excellent et prolifique Kim Sang Ho), est un vétéran expérimenté, très obstiné et qui sait faire confiance à son instinct.

Drama coréen 2013 : Special Affairs Team TEN 2  avec Joo Sang Wook

Si la première saison proposait bien sûr des enquêtes policières que l'équipe résolvait, le fil rouge était l'intrigue autour du personnage principal Yeo Ji Hun. On découvrait en effet que son départ de la police était du au décès de sa fiancée dont il était très épris. Celle-ci fut en effet assassinée par un tueur en série.

Ji Hun, après une passe difficile, se tourna vers la psychologie criminelle et on s’aperçoit assez vite qu'il poursuit toujours secrètement l'assassin de sa fiancée, avec des méthodes peu conventionnelles. Le choix des membres de son équipe semble d'ailleurs être guidé par des motivations toutes autant personnelles que professionnelles.

Assez mystérieux au début, on le découvre peu à peu... mais on doute de lui, tout comme son équipe qui en arrive même à le soupçonner d'être lui-même le meurtrier ! Dans les derniers épisodes, il disparaît, laissant ses collègues perplexes et dans l'inquiétude. Lors de leurs recherches qui ont lieu dans le dernier épisode, Nam Ye Ri se retrouve en danger et semble être tombée aux mains du tueur en série...

Drama coréen 2013 : Special Affairs Team TEN 2  avec Joo Sang Wook

Le premier épisode de la saison 2 est donc bien sûr dédié à la résolution de l'intrigue. Mais au lieu de commencer exactement là où la saison 1 s'est arrêtée, elle fait un bond de 24 h en arrière afin de délivrer aux spectateurs tous les tenants et aboutissants de l'enquête. Bien sûr, le fameux tueur en série est arrêté et le torturé Ji Hun va semble-t-il pouvoir reprendre une vie normale... mais Nam Ye Ri fait une découverte qui pourrait remettre la sérénité de son supérieur en question. Elle garde pourtant le silence et ce secret sera le fil rouge de cette deuxième saison.

Autre surprise du scénariste, la série fait un autre bond dans le temps mais cette fois-ci en avant. En effet, l'équipe se disloque après la résolution de l'enquête car les cachotteries de Ji Hun ont blessé Baek Do Sik qui est retourné dans son commissariat de quartier. L'équipe va donc devoir retrouver confiance et envie de travailler ensemble. Do Sik va-t-il revenir dans l'équipe ?

Drama coréen 2013 : Special Affairs Team TEN 2  avec Joo Sang Wook

Toutes ces interrogations sont amenées au cours du drama qui reste toutefois axé sur la résolution d'enquêtes criminelles. Toutes sont vraiment excellentes et assez retorses pour nous tenir en suspense. C'est un vrai plaisir pour les amateurs d'énigmes, d'autant plus que les rôles secondaires sont tenus par des acteurs chevronnés.

Comme la réalisation est toujours aussi stylisée et efficace, on prend donc un plaisir fou à visionner ce drama dont les 12 épisodes passent bien vite ! Quant à une future troisième saison, le scénariste nous offre, dans l'épisode final, une fin qui laisse les portes toutes ouvertes...

Note : 5 / 5

Repost 0
Published by enviedasie - dans Drama Corée
commenter cet article